Le360 Actualités Maroc

ع
taxis
© Copyright : DR

Casablanca: les taxis interpellent le gouvernement sur la hausse des prix du carburant

Par Fayza Senhaji le 23/06/2022 à 21h12

Kiosque360. Comme il fallait s’y attendre, la grogne contre l’inflation des prix à la pompe se poursuit. Aujourd’hui, ce sont les chauffeurs de taxi à Casablanca qui montent au créneau. Une revue de presse tirée d'un article d'Al Ahdath Al Maghribia.

aA

L’envolée des prix à la pompe n’en finit plus de faire réagir. Cette fois-ci, ce sont les chauffeurs de taxi à Casablanca qui font part de leur grogne.

 

Dans son édition du vendredi 24 juin, Al Ahdath Al Maghribia rapporte que les chauffeurs de taxi ont organisé un sit-in mercredi dernier dans la capitale économique, le premier du genre depuis la mise en place par le gouvernement d’un mécanisme de soutien en faveur des transporteurs. Cette mobilisation, ajoute le journal, a été accompagnée du déploiement d’un important dispositif sécuritaire visant à interdire le déplacement des taxis en colère vers le siège de la préfecture, ce qui aurait causé d’importants problèmes de circulation.

 

En fait, les protestataires se plaignent de la poursuite de la hausse des prix des carburants et des mesures de soutien qui ne répondent pas à leurs attentes. Certains sont même allés jusqu’à qualifier les aides octroyées «d’aumône» qui ne suffit certainement pas à compenser les pertes qu’ils subissent. A cela s’ajoute le fait que certains taximans se trouvent exclus des subventions, à en croire les slogans prononcés lors du sit-in.

 

C’est pourquoi ils ont appelé lors de leur mouvement à la mise en place de mesures structurantes, avec par exemple le plafonnement des prix à la pompe, la mise en place du gasoil professionnel ou encore en réduisant la marge bénéficiaire des distributeurs.

 

Comme le rapporte le quotidien, les chauffeurs de taxi casablancais croient également que la remise en service de la raffinerie de la Samir pourrait être une solution face à la montée des prix, tout en déplorant l’incapacité de l’Exécutif à prendre les mesures qui s’imposent pour les sortir de la crise.

 

Pour rappel, les pouvoirs publics ont récemment annoncé la reconduction, pour la troisième fois, de l’aide financière dédiée aux professionnels des transports. Cette reconduction a été justifiée par la persistance de la hausse des prix des carburants, et vient après un premier soutien de 344 millions de dirhams accordé au mois d’avril, suivi d’une deuxième aide débloquée en mai dernier estimée à 540 millions de dirhams. En tout, ce serait 180.000 professionnels, dont les taxis, les transporteurs de marchandises, les transporteurs touristiques et les autocars, qui en bénéficieront.