Casablanca: l'Intérieur à la rescousse des élus pour relancer les grands chantiers en retard | www.le360.ma

ع
Casablanca
© Copyright : DR

Casablanca: l'Intérieur à la rescousse des élus pour relancer les grands chantiers en retard

Par Fayza Senhaji le 10/09/2019 à 20h34

Kiosque360. L'Intérieur vient au chevet de la ville de Casablanca en acceptant de financer, à hauteur de 2,89 milliards de dirhams, les projets de développement en suspens.

aA

De l’argent, et encore plus d’argent pour que Casablanca parvienne à achever -ou entamer!- les grands chantiers qu’elle a programmés mais qui n’ont jamais vu le jour. Les élus siégeant au Conseil préfectoral viennent d’adopter, lors de la dernière session, les 11 points à l’ordre du jour, dont plusieurs autorisant la ville à souscrire à un important emprunt auprès du Fonds d’équipement communal.

 

L’information fait la Une, ce mercredi 11 septembre, de plusieurs quotidiens de la place, dont Al Ahdath Al Maghribia et Assabah. Le premier explique que l’un des points adoptés autorise la souscription à un emprunt de plus d’un milliard de dirhams, dont le montant servira au financement la part supportée par la préfecture dans les projets programmés dans le cadre des programmes de développement territorial de la ville. C’est la Direction générale des collectivités locales, relevant du ministère de l’Intérieur, qui en supportera les redevances. Le journal ajoute qu’un deuxième point voté par les élus prévoit un autre prêt de même nature, mais dont le montant s’élève cette fois-ci à 1,8 milliard de dirhams.

 

Pour sa part, Assabah écrit que l’Intérieur a accepté d’injecter d’importants fonds dans les caisses de la ville pour lui permettre de financer les projets prévus dans le cadre de son plan de développement qui court jusqu’en 2020. Le journal explique que la Direction des collectivités locales supportera effectivement les 2,89 milliards de dirhams de financement au profit de la métropole, et ce dans un souci de résoudre d'urgence les problématiques des chantiers stratégiques qui n’ont pas été réalisés. En effet, plusieurs élus se seraient plaints, lors des travaux en commission du Conseil, de l’absence de financement pour réaliser les projets du plan de développement de la ville, dont certains sont gérés par des sociétés de développement local comme Casa Aménagement. C’est dans ce cadre que le ministère de l’Intérieur a accepté de mobiliser des fonds, via le fonds d’équipement communal, afin de mettre fin aux blocages.