Le360 Actualités Maroc

ع
Ramed
© Copyright : DR

Coronavirus: l’Etat en guerre contre la précarité

Par Mohamed Younsi le 10/04/2020 à 21h47

Kiosque360. Dans une approche anticipative et proactive, le Maroc a mis en place toute une batterie de mesures pour soutenir les ménages impactés par le confinement obligatoire. Le processus d’aide se déroule d’une manière progressive, ciblée et efficiente. Les détails.

aA

En parallèle à la guerre déclarée pour combattre l’épidémie du Covid-19, des mesures ont été prises par les autorités compétentes pour venir en aide aux familles impactées par le confinement général établi dans le pays. En effet, dès les premiers jours de la crise, le Fonds spécial pour la gestion de la pandémie, a été créé sur hautes instructions du roi Mohammed VI pour s’acquitter des charges occasionnées par cette crise pandémique.

 

Dans un premier temps, les salariés déclarés à la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS) ayant perdu leur emploi à cause de cette conjoncture ont été recensés et indemnisés. Par la suite, le Comité de veille économique (CVE) a décidé de traiter en deux phases la question du secteur informel impacté par le confinement obligatoire, à savoir une première dédiée aux ménages ramedistes et une deuxième qui concerne l’octroi d’aides aux non-ramedistes opérant dans l’informel. Ainsi, les différentes formes de précarité ont été cernées pour mieux être combattues, souligne le quotidien Al Ahdath Al Maghribia dans son édition du week-end des 11 et 12 avril.


Les non-Ramedistes

S’appuyant sur un communiqué du ministère de l’Economie et des finances et de la réforme administrative, le quotidien fait savoir que les chefs de ménages opérant dans le secteur informel qui ne sont pas inscrits au Ramed pourront faire leurs déclarations à compter du vendredi 10 avril pour bénéficier des aides financières prévues pour remédier à l'impact des mesures prises dans le cadre de l'état d'urgence décrété. Et de préciser, selon la même source, que les montants sont prévus en fonction de la taille du ménage. L’aide est de 800 dirhams pour les ménages de deux personnes ou moins, 1.000 dirhams pour les ménages composés de trois à quatre personnes et 1.200 dirhams pour les ménages formés de plus de quatre personnes. Un site Internet «www.tadamoncovid.ma» a été créé à cet effet pour permettre aux personnes concernées de faire leur déclaration jusqu’au jeudi 19 avril à minuit. Des consignes ont été précisées aux familles ciblées pour que l’opération se déroule dans les meilleures conditions.

 

Dans ce cadre, précise le communiqué du ministère cité par le quotidien, le numéro de téléphone à introduire lors de la saisie des informations doit être celui du chef de ménage. C’est bien ce téléphone qui servira après la déclaration de lien avec l’administration et pour informer le chef de ménage de la procédure de versement de l’aide. Pour ce faire, les autorités ont appelé les personnes concernées à remplir le formulaire électronique mis à leur disposition. Et ce afin d’alimenter le fichier des données concernant les non-Ramedistes opérant dans le secteur informel et dans le but de répondre rapidement aux demandes de cette catégorie de ménages. Dans ce cadre, souligne le communiqué, aucune déclaration enregistrée par un membre d’un ménage qui n’est pas celle du chef du ménage n’est recevable. De même, aucune déclaration concernant un ménage qui a déjà bénéficié d’une aide financière de la part de l’Etat n’est recevable.


Les ramedistes

S’agissant des ménages bénéficiaires du Régime d’assistance médicale (RAMED) opérant dans l’informel et qui n’ont plus de revenus du fait du confinement obligatoire, le Fonds spécial pour la gestion du Covid-19 a prévu une aide de subsistance. Celle-ci est répartie sur les ménages de deux personnes ou moins (800 dirhams), les ménages formés de trois à quatre personnes (1.000 dirhams) et les ménages de plus de quatre personnes (1.200 dirhams). Pour ce faire, les cartes Ramed qui seront acceptées sont celles qui étaient valides au 31 décembre 2019. La distribution des aides financières se fait progressivement depuis le lundi 6 avril afin de respecter les mesures préventives dictées par la pandémie. Par ailleurs, mettent en garde les autorités compétentes, toute déclaration volontairement non fondée est passible de poursuites judiciaires.


Salariés déclarés à la CNSS ayant perdu leur emploi

De même, rappelle le quotidien, des mesures importantes ont été prises par le gouvernement en faveur des salariés déclarés à la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS), et qui ont perdu leur emploi à cause de cette crise. Ces salariés percevront une indemnité de 1.000 dirhams pour le mois de mars et de 2.000 dirhams pour les mois d'avril, mai et juin 2020. Parallèlement, ils continueront de bénéficier des allocations familiales et de l’assurance maladie obligatoire (AMO). Autant dire que le Comité de veille économique (CVE) a cerné toute la problématique de la précarité pour mieux la combattre et soutenir l’économie nationale.