Le360 Actualités Maroc

ع
Chakib Benmoussa

Chakib Benmoussa, ministre de l’Education nationale, du préscolaire et des sports.

© Copyright : DR

Covid-19: quand Boudrika écrit à Benmoussa

Par Hassan Benadad le 14/11/2021 à 21h22

Kiosque360. Dans une question écrite, le député du RNI, Mohamed Boudrika, a demandé au ministre de l’Éducation nationale et des sports, Chakib Benmoussa, de rouvrir les stades au public après une fermeture d’une année et demie. Cet article est une revue de presse du quotidien Assabah.

aA

Le député du RNI, Mohamed Boudrika, a adressé samedi dernier au ministre de l’Éducation nationale et des Sports, Chakib Benmoussa, une question écrite relative à la réouverture des enceintes sportives au public. Le quotidien Assabah rapporte, dans son édition du lundi 15 novembre, que le député a souligné que le retour du public dans les stades se justifiait par le passage du Maroc au niveau vert, après l’amélioration de la situation épidémiologique.

 

De plus, poursuit-il, les pouvoirs publics ont supprimé les mesures restrictives en autorisant les déplacements entre les préfectures et provinces, l’organisation des fêtes et des obsèques, ainsi que la levée du couvre-feu nocturne. Autant dire, précise le député dans sa question écrite, qu’il est temps de permettre aux supporters de retrouver les gradins pour soutenir leurs clubs. Il faut préciser que, depuis le déclenchement de la pandémie, les clubs ont enregistré des déficits abyssaux après la décision des autorités d’interdire au public l’accès aux stades.

 

Le quotidien Assabah précise que ce sont les clubs qui tablent sur les recettes générées par les supporters qui ont le plus pâti de cette situation. Parmi eux, le Raja, le WAC, l’ASFAR, l’IRT, le MAS, la RSB et le MCO. Encore faut-il préciser que ces clubs étaient déjà plombés par de sérieux problèmes financiers avant de sombrer dans la disette avec la fermeture des stades au public. Le surendettement de ces clubs risque d’ailleurs de s’aggraver quand on sait que ces sociétés anonymes sportives seront bientôt soumises à un régime fiscal spécifique. 

 

Il faut rappeler que la FRMF (Fédération royale marocaine de football) attend depuis des mois que les pouvoirs publics autorisent le public à accéder aux stades. C'est le président de cette instance, Fouzi Lakjaâ, devenu aujourd’hui ministre délégué chargé du budget, qui en avait fait la demande au gouvernement.