Drame d’Imlil. Pour l’avocat Abdellatif Ouahbi, "les services de sécurité n’ont pas failli à leur mission" | www.le360.ma

ع
Abdellatif Ouahbi

Abdellatif Ouahbi, avocat de l'Etat marocain dans le procès de la cellule d'Imlil.

© Copyright : DR

Drame d’Imlil. Pour l’avocat Abdellatif Ouahbi, "les services de sécurité n’ont pas failli à leur mission"

Par Fatima El Karzabi le 11/07/2019 à 16h36

Abdellatif Ouahbi, avocat de l’Etat Marocain dans le procès du drame d’Imlil, a estimé, ce jeudi 11 juillet, que les services de sécurité n’ont pas failli à leur mission. Il a, de ce fait, demandé à la Cour de se déclarer incompétente sur ce volet précis du procès.

aA

Lors de sa plaidoirie, à la reprise du procès des 24 accusés poursuivis pour l’assassinat des deux touristes scandinaves, Me Abdellatif Ouahbi a affirmé que les services de l’Etat, à commencer par les sécuritaires, n’ont pas failli à leur mission.

 

«Les institutions de l’Etat, administratives et sécuritaires, se sont acquittées de leur rôle et il n’y a pas eu de laxisme ou de faiblesse. La preuve en est que les accusés sont aujourd’hui derrière les barreaux et bénéficient d’un procès équitable», a expliqué Me Ouahbi devant la Cour.

Vidéo. Imlil. «Défaillances» des services marocains: ce que veut la défense de la partie civile

 

Par la même occasion, il a demandé à écarter l’Etat de ce dossier considérant que l’y impliquer porterait atteinte à l’image du Maroc et pourrait être exploité par les ennemis de la Nation.

 

«Soyons justes avec l’Etat car, quand nous disons qu’il est responsable, cela implique qu’il a laissé commettre ce crime alors qu’il s’est acquitté de ses devoirs comme il faut. Où sont donc le laxisme ou la faute?».  

 

Meurtre d’Imlil. "Défaillances" des services de l'Etat: ce qu’il en est réellement

 

«Le Maroc est devenu un exemple en matière de lutte contre le terrorisme et laissez-moi vous rappeler que la police marocaine a, à maintes reprises, fourni de précieuses informations à plusieurs états, ce qui leur a permis d’éviter des attentats terroristes», a conclu Me Ouahbi.

 

Rappelons que le procès des 24 accusés dans cette affaire a repris ce jeudi 11 juillet à l'Annexe de Salé de la Cour d’appel de Rabat. 

 

Cette audience a été marquée par la lecture d’une lettre de la mère de la victime danoise, Louisa Vesterager Jespersen, où celle-ci demande la plus sévère des peines pour les auteurs de l’assassinat de sa fille, soit que leur soit appliquée, en l'occurrence, la peine capitale.