Education nationale: Amzazi réduit les horaires scolaires | www.le360.ma

Le360 Actualités Maroc

ع
said amzazi

Saaïd Amzazi, ministre de l'Education nationale.

© Copyright : DR

Education nationale: Amzazi réduit les horaires scolaires

Par Mohamed Younsi le 26/09/2018 à 22h37

Kiosque360. Après l’introduction du dialecte marocain dans l’enseignement primaire, le ministère de l’Education nationale compte opérer d’autres changements à partir de la prochaine rentrée scolaire. C’est le ministre de tutelle, Said Amzazi, qui vient de l’annoncer.

aA

Le ministère de l’Education nationale compte effectuer une réduction des horaires pour les élèves du primaire, et ce à partir de la prochaine année académique. L’annonce a été faite par Said Amzazi, ministre de l’Education nationale, de la formation professionnelle, de l’enseignement supérieur, de la formation des cadres et de la recherche scientifique, lors de son passage au Forum de débat de la MAP, rapporte le quotidien Akhbar Al Yaoum dans son édition de ce jeudi 27 septembre. Le ministre a en effet déclaré que le nombre d’heures d’apprentissage des élèves du primaire sera réduit de 30 à 27 heures par semaine, à partir de la prochaine rentrée.

 

Cet aménagement du temps scolaire des élèves cadrera avec les défis de l’apprentissage, a expliqué le ministre qui a évoqué le fait que plusieurs pays dans le monde optaient pour un nombre d’heures allant de 26 à 27 par semaine. Ceci permettra aux apprenants de mieux développer leurs capacités cognitives, a laissé entendre le ministre de tutelle.

 

Cette nouvelle réforme touchant les horaires intervient ainsi après celle de l’introduction du dialecte marocain, la darija, dans certains manuels, dès cette année scolaire 2018-2019, ce qui a d'ailleurs alimenté la polémique et la surenchère entre différents acteurs intervenant dans le domaine. La nouveauté de cette année a ainsi divisé ces intervenants en deux blocs, ceux qui soutiennent la darija dans l’enseignement comme facteur facilitant l’apprentissage, et ceux qui s'opposent farouchement à cette formule, y voyant la décadence d’un système qui poursuit sa dégringolade. La polémique entre les deux blocs a dépassé le seuil du tolérable. C’est dans ce contexte que sera débattue la nouvelle proposition du ministre de l’Education nationale.