Élections 2021: le RNI place la barre très haut | www.le360.ma

Le360 Actualités Maroc

ع
Aziz Akhannouch

Aziz Akhannouch, président du RNI, jeudi 3 juin à Agadir. 

© Copyright : DR

Élections 2021: le RNI place la barre très haut

Par Hassan Benadad le 04/06/2021 à 23h04

Kiosque360. Le président du RNI, Aziz Akhannouch, a surpris tout le monde en annonçant le programme quinquennal de son parti pour la période 2021/2026. Un plan qui se démarque des programmes électoraux des partis politiques par sa méthodologie, son ambition, ses données détaillées et chiffrées.

aA

Après avoir sillonné, durant cinq ans, des dizaines de villes à travers le royaume dans le cadre du programme «100 jours, 100 villes» et écouté les doléances de millions de citoyens, le président du RNI a divulgué sa feuille de route pour les cinq années à venir.


Le quotidien Assabah rapporte, dans son édition du week-end (5 et 6 juin) que le parti des Indépendants a élaboré un plan de développement basé sur des études sociologiques inaugurant ainsi une méthodologie inhabituelle dans l’action politique nationale.


Le patron du RNI, Aziz Akhannouch, a ainsi préféré concevoir le programme «Aghrass, aghrass» basé sur des données réelles, chiffrées et réalisables loin des «programmes électoraux» bidon débités par les leaders des partis politiques. Des programmes qui sont réalisés en deux semaines par des experts qui ne connaissent pas, avec précision, la réalité de leur pays. Le patron du RNI a indiqué que le projet de son parti constitue une réponse et non pas des promesses car il contient des choix francs, courageux et étudiés avec précision.

 

Un plan détaillé et ciblé, ajoute-t-il, qui détermine le coût de chaque projet à réaliser, le nombre de bénéficiaires et les sources de financement. Il s’articule, poursuit-il, sur cinq priorités prévoyant chacune cinq mesures relatives à la protection sociale pour tous les citoyens.


Lors de son intervention, jeudi dernier à Agadir, le président Aziz Akhannouch a présenté les grandes orientations de ce programme quinquennal pour la période 2021/2026. Un plan très ambitieux concernant la santé, l’emploi, la garantie d’un enseignement de qualité assurant l’égalité des chances, la réforme de l’administration ainsi que la généralisation de la protection sociale par la mise en œuvre du projet royal annoncé dernièrement. `

 

Le quotidien Assabah rapporte qu’Akhnnouch a affirmé que si son parti arrivait à remporter les élections législatives et à présider le prochain gouvernement, il mettrait en œuvre tous ses engagements. C’est ainsi, dit-il, que chaque Marocain âgé de plus 65 ans et qui se trouve dans une situation précaire bénéficiera d’une couverture médicale gratuite et d’un revenu mensuel garanti de 2.000 dirhams à l’horizon 2026, sachant qu’il percevra la somme de 400 dirhams dès le début de la mandature. Le deuxième engagement, poursuit le patron du RNI, consiste à verser aux parents une aide de 300 dirhams par enfant à condition qu’il termine ses études.

 

Par ailleurs, poursuit-il, une prime de naissance d’un montant de 2.000 dirhams sera accordée aux parents dès le premier enfant sans oublier les examens médicaux gratuits pour le suivi de la période de la grossesse et celui des nouveau-nés.
Le troisième engagement, précise le patron du RNI, consiste à créer une carte de «protection sociale» pour généraliser la couverture médicale afin de mettre fin aux souffrances des citoyens.

 

Concernant la lutte contre le chômage, Aziz Akhannouch souligne que le programme du parti prévoit la création d’un million d’emplois à l’horizon 2026 avec le lancement d’un programme d’urgence pour la création de 250.000 emplois via de grands projets de travaux publics.

 

Le cinquième et dernier engagement, souligne le président du RNI, vise à améliorer la qualité de l’éducation nationale et à réhabiliter le métier d’enseignant, qui demeure la clef de voûte pour toute réforme de l’école publique. Pour ce faire, il faut assurer une meilleure formation aux enseignants avant qu’ils commencent à exercer leur métier, à condition qu’ils puissent bénéficier d’un salaire mensuel de 7.500 dirhams, conclut Aziz Akhannouch.