Le360 Actualités Maroc

ع
Aziz Akhannouch - Elections 2021 - RNI - Agadir - Founty

Aziz Akhannouch, président du RNI, votant dans le quartier de Founty à Agadir, le 8 septembre 2021. 

© Copyright : Mhand Oubarka

Élections législatives de 2021: voici le décompte définitif, avec 102 sièges, le RNI est le vainqueur du scrutin

Par Mohammed Boudarham le 09/09/2021 à 13h13 (mise à jour le 10/09/2021 à 10h19)

Selon des sources informées, le ministère de l’Intérieur a procédé à une mise à jour définitive des résultats du scrutin législatif du 8 septembre 2021. Le score du RNI passe donc de 97 à 102 sièges. Explications.

aA

Le score du Rassemblement national des indépendants (RNI), grand gagnant des élections du 8 septembre 2021, est passé, dépouillement fait de l'ensemble des votes, de 97 à 102 sièges, indique une mise à jour dévoilée, vers 3 heures du matin, par le ministre de l’Intérieur. Rappelons que les premiers résultats annoncés se basaient sur le dépouillement de 96% des suffrages exprimés.

 

Avec cette mise à jour, affirment les sources que Le360 a contactées, le PAM remporte en fin de compte 87 sièges au lieu de 82, l’Istiqlal 81 (au lieu de 78), l’USFP en perd un (34 au lieu de 35), le MP remporte 28 sièges (au lieu de 26). 

 

Le PPS améliore son score en passant de 20 à 22 sièges, l’UC garde le même score, soit 18 sièges. Quant au PJD, il gagne un siège de plus et dispose désormais de 13 sièges au lieu de 12.

Séisme électoral au PJD: Benkirane exécute politiquement El Othmani

 

Pour le reste, selon ces mêmes sources, le verdict définitif des législatives affecte 5 sièges au MDS de Abdessamad Archane, 3 au FFD, et un siège à la FGD et au PSU.

 

Rappelons que ces résultats ont fait l’effet d’un véritable séisme pour le PJD, dont des répliques se font déjà ressentir, avec une toute première réaction publique de l’ex-secrétaire général de ce parti, Abdelilah Benkirane, qui a appelé son successeur, Saâd-Eddine El Othmani, à démissionner.

 

Pour se faire une idée plus précise de cette véritable débâcle subie par le PJD, Saâd-Eddine El Othmani, chef du gouvernement sortant, n’a pas réussi à se faire élire à Rabat, à l’Océan où il s'était porté candidat et où sa formation avait pourtant remporté, cinq ans plus tôt, le 7 octobre 2016, deux sièges sur les quatre dévolus à cette circonscription de la capitale.