Élections: voici ce qui va changer pour les femmes et les jeunes avec les listes régionales (Infographie) | www.le360.ma

Le360 Actualités Maroc

ع
élection
© Copyright : DR

Élections: voici ce qui va changer pour les femmes et les jeunes avec les listes régionales (Infographie)

Par Mohammed Boudarham et Youssef El Harrak le 16/02/2021 à 12h31

Pour les prochaines élections législatives, la liste nationale réservée aux jeunes et aux femmes passe à la trappe. Elle sera remplacée par des listes régionales. Voici la répartition des sièges prévues dans le projet de loi organique de la Chambre des représentants.

aA

La liste nationale réservée aux jeunes et aux femmes lors des élections de la Chambre des représentants passe à la trappe, selon ce que prévoit le projet de loi organique relative à cette chambre et adopté lors du Conseil des ministres, jeudi 11 février dernier. Selon les dispositions de ce projet de loi, les 90 sièges qui revenaient auparavant à la liste nationale seront disputés au niveau des régions et leur nombre a été fixé en fonction des indicateurs démographiques.

 

Ainsi, ce projet de loi prévoit que le nombre de sièges dédiés à chacune des 12 régions variera entre 3 et 12 (Voir tableau).

Elections: la liste nationale des jeunes passe à la trappe

 

Ce projet de loi prévoit également, en matière de discrimnation positive, deux tiers de candidatures féminines obligatoire pour chaque liste. Mieux encore: pour chaque liste, les deux premières positions (en l’occurrence les plus éligibles) doivent être occupées par des femmes.

 

ListesRégionales
© Copyright : Y. El Harrak-Le360

 

 

Prenons l’exemple de la région de Casablanca-Settat. Chaque liste doit comporter 8 candidatures féminines sur 12 et deux candidates doivent occuper les première et deuxième positions. Autrement dit, on aura, au moins, deux femmes élues dans chaque région.

Vidéo. Elections 2021: vif débat autour de la liste nationale des jeunes

 

Lors des élections législatives de 2016, et au titre de la liste nationale, les femmes n’ont remporté qu’un peu plus que le cinquième des sièges (21,11%) alors que l’écrasante majorité des 90 sièges (78,89%) est revenue aux hommes.

 

Ces acquis pour les femmes, pour devenir effectifs, devront être validés au Parlement, par les membres de ses deux Chambres.