En détresse, Sebta et Melilla demandent plus de soutien à l’Espagne et à l’Europe | www.le360.ma

Le360 Actualités Maroc

ع
Melilla

Le port de Melilla.

© Copyright : DR

En détresse, Sebta et Melilla demandent plus de soutien à l’Espagne et à l’Europe

Par Rahim Sefrioui le 01/08/2020 à 12h28

Sebta et Melilla suffoquent et demandent plus de soutien à l’Espagne et à l’Europe. Leurs autorités mettent en avant leur «caractère unique» et la crise qu’elles traversent actuellement. Explications.

aA

Les choses se compliquent pour les présides de Sebta et de Melilla et leurs autorités sont aux abois. Vendredi 31 juillet, leurs présidents respectifs ont lancé un cri de détresse lors de la 21e Conférence des présidents qui s’est tenue au monastère Yuso de San Millán de la Cogolla, dans La Rioja.

 

Le président de la ville de Melilla, Eduardo de Castro, a appelé le gouvernement espagnol à oeuvrer pour que la distribution des fonds européens réponde à la «singularité» de cette municipalité et, au moins, maintenir une contribution de l'Union européenne d'une cinquantaine de millions d'euros entre 2021 et 2027, rapportent les médias espagnols, dont l'agence EFE.

 

Reconversion des contrebandiers de Bab Sebta: 200 millions de dirhams pour installer une zone d’activité à Fnideq

 

"A Melilla, comme il s'agit d'un petit territoire, le problème s'aggrave davantage et c'est pourquoi nous demandons une attention particulière lorsqu'il s'agit de distribuer ce fonds, nous demandons une attention particulière", a déclaré de Castro, qui a met en avant le principe de solidarité territoriale. «L’État doit apporter son aide» et «l’Europe doit s’impliquer, car nous sommes la frontière sud», a argumenté Eduardo de Castro.

 

Le même appel à l’aide a été lancé, lors de la même conférence, par Juan Jesús Vivas (PP), président de Sebta.

 

Une guerre économique aux frontières avec Sebta et Melilla

 

Il a insisté sur le fait que la ville a besoin d'un «modèle économique plus fort qui ne dépend[e] pas des décisions prises au Maroc». «Autrement dit, nous avons besoin d'une structure économique alternative et également d'une plus grande présence de l'Etat à Sebta au niveau de la sécurité, de la défense, de la santé, de l'éducation ou de la justice», a-t-il ajouté.