Enfants-soldats: le rappel à l’ordre de l’Alliance internationale au Polisario | www.le360.ma

Le360 Actualités Maroc

ع
Ghali-Bouhali

Brahim Ghali, chef du polisario, et Mohamed Lamine Bouhali, ex-chef de la soi-disant "armée sahraouie" et néanmoins gros bonnet du trafic de drogue. 

© Copyright : DR

Enfants-soldats: le rappel à l’ordre de l’Alliance internationale au Polisario

Par Mohammed Boudarham le 04/01/2021 à 15h29

L'Alliance internationale pour la défense des Droits et des Libertés (AIDL) a adressé un rappel à l’ordre au Polisario au sujet de l’enrôlement des enfants. L’ONG réagit à la diffusion d’une vidéo montrant des entraînements militaires impliquant des enfants à Tindouf.

aA

L'Alliance internationale pour la défense des Droits et des Libertés (AIDL) est une ONG française ayant des bureaux à Paris, Genève, Bruxelles, Barcelone et New York. Dans un communiqué diffusé ce lundi 4 janvier, elle a réitéré «sa condamnation totale pour le recrutement et l'exploitation des enfants en les plongeant dans des zones de conflit et de guerre, car il s'agit d'un crime international qui nécessite des poursuites et un suivi internationaux pour toutes les personnes impliquées».

 

La réaction de l’AIDL est motivée par la diffusion d’une vidéo montrant «un certain nombre d'enfants portant des armes» et ces enfants sont issus de la région de Tindouf. «Ces enfants, affirme l’ONG, s’entraînent aux tirs avec des armes et ils sont endoctrinés et encouragés à participer au conflit en cours avec le Maroc».

 

ONU: Une pétition pour les enfants de Tindouf

 

Et l’ONG de rappeler que «tout recrutement d'enfants, leur exploitation et leur implication dans des conflits et des guerres est complètement interdit et criminalisé en droit international. Aussi il place tous les responsables de cette pratique sous la responsabilité et les poursuites judiciaires internationales». L’AIDL, se basant sur les éléments en sa possession, a appelé les dirigeants du Polisario «à plus de clarté sur ce sujet».

 

Par ailleurs, l’AIDL dit réaffirmer «sa position constante et ferme selon laquelle toutes les parties (Polisario et Maroc) devraient revenir au dialogue et aux moyens pacifiques pour résoudre le conflit existant et reprendre la voie des négociations parrainées par les Nations-unies».

 

Vidéo. Sahara marocain: les chioukhs s'inquiètent de la situation dans les camps de Tindouf

 

Cependant, cet appel trouverait-il une oreille à Rabouni? Peu sûr de la part d’une direction séparatiste à des années-lumière du respect des droits de l’Homme et qui se plaît à faire défiler des enfants armés dans sa propagande anti-marocaine et avec son principal soutien, l’Algérie, qui ferme les yeux sur toutes les formes de violation des Sahraouis. Quand elle ne les encourage pas, ou y participe carrément.