Fête du Travail: aux origines du 1er mai | www.le360.ma

Le360 Actualités Maroc

ع
1er mai
© Copyright : DR

Fête du Travail: aux origines du 1er mai

Par Abdelkader El-Aine le 01/05/2018 à 08h52

Ce mardi, la classe ouvrière au Maroc et dans le monde fête le 1er mai. Mais où ce jour chômé et payé puise-t-il ses origines? Et quel en fut l’élément déclencheur? Histoire de cette journée pas comme les autres.

aA

Le 1er mai, Journée internationale des travailleurs, est célébré chaque année dans le monde entier. Depuis l’entre-deux-guerres, soit en 1947, cette journée est chômée et payée. Elle est l’occasion pour les travailleurs de renouveler leurs revendications et leur combat pour l’amélioration de leurs conditions de travail et de vie.

 

Les historiens sont formels: cette journée puise ses origines dans une grève généralisée des salariés américains en 1886. Le 1er mai de cette année-là, près de 350.000 travailleurs américains s’abstiennent de travailler, paralysant de nombreuses usines. Leur principale revendication? Une journée de travail de huit (8) heures. Les patrons y opposent un niet catégorique.

 

La contestation, particulièrement à Chicago et dans l'Illinois, se poursuit jusqu’au 3 mai et prend une ampleur telle que la police charge les manifestants et l’armée intervient. Bilan: 6 morts et plusieurs blessés.

 

La ville de McCormick qui abrite plusieurs usines est en état de siège. Pour autant, près de 150.000 personnes bravent cet état de choses et se massent dans un meeting. Une bombe explose, faisant 15 morts parmi les policiers. Au final, les travailleurs obtiennent gain de cause.

 

Le triple 8

Mais c’est 1889 que la journée du 1er mai a été adoptée comme «Journée internationale des travailleurs», et ce, à l’issue d’une réunion de l'Internationale socialiste à Paris en France.

 

Si le 1er mai tire son origine des combats du mouvement ouvrier pour obtenir la réduction de la journée de travail à huit heures, l’histoire nous rappelle aussi ce slogan brandi par les travailleurs aux Etats-Unis: 8 heures de travail, 8 heures de sommeil, 8 heures de loisir.

 

Depuis, le 1er mai est célébré dans la plupart des pays, mais la fête n'a pas toujours été au rendez-vous. On se souvient notamment des événements dramatiques, en 1891 à Fourmies dans le nord de la France, ayant fait dix morts parmi la foule.

 

Le premier 1er mai au Maroc

Au Maroc, la première fête du Travail a eu lieu en 1951. A l’appel des syndicats, à l’époque clandestins, un rassemblement a eu lieu au stade Père Jégo à Casablanca. Ce rassemblement ne dura pas longtemps: il fut dispersé par les forces de l’occupation. Le Maroc étant sous protectorat français, la principale revendication des travailleurs était naturellement que le Royaume recouvre son indépendance.

 

Il fallut attendre le 1er mai 1955 pour assister à un défilé des travailleurs marocains sous l’égide de l’Union marocaine du travail (UMT), créée le 20 mars de la même année sur la base de trois principes fondateurs: l'union, l'indépendance et la démocratie.

 

Les années se suivent, mais ne se ressemblent pas: à chaque période, les revendications qui conviennent et les discours qui vont avec. De l’indépendance au travail pour tous jusqu’à la liberté syndicale et d’expression, les slogans changent au fil du temps.

 

Il en va ainsi de ce 1er mai 2018 où les syndicats, réclamant une augmentation substantielle des salaires, ont haussé le ton, promettant de mener la vie dure au gouvernement El Othmani en dépit de son offre de six milliards de dirhams pour «acheter» la paix sociale.