Genève 2: Horst Köhler rencontre le Polisario, début mars à Berlin | www.le360.ma

ع
Cover_Vidéo: Le360.ma •Horst Köhler invite a une nouvelle table ronde début 2019
© Copyright : Le360

Genève 2: Horst Köhler rencontre le Polisario, début mars à Berlin

Par Ziad Alami le 26/02/2019 à 10h52 (mise à jour le 26/02/2019 à 11h12)

Dans le cadre des préparatifs des deuxièmes pourparlers quadripartites sur le Sahara, l’Envoyé personnel du SG de l’ONU, Horst Köhler, prévoit une première rencontre avec le Polisario durant la première semaine de mars avec le Polisario.

aA

Une première rencontre, pour sonder les intentions du front polisario, en prévision du deuxième round de pourparlers prévus courant mars prochain à Genève. Celle que prévoit l'Envoyé personnel du SG de l'ONU, Horst Köhler, durant la première semaine du mois de mars à Berlin, où l'ancien président allemand prend ses quartiers en tant qu'émissaire de l'ONU pour le Sahara. 

 

C'est ce qui ressort des bruits circulant actuellement dans les couloirs diplomatiques de l'East River, siège new-yorkais de l'ONU.

 

Vidéo. "Après Genève 1, les bonnes intentions à l'épreuve des faits" 

 

Côté marocain, une source diplomatique contactée par le360 n'a ni infirmé ni confirmé cette information, se refusant également à définir le format des rencontres prévues à Berlin. On ne sait toujours pas si les concertations prévues par Köhler seront élargies aux autres protagonistes, notamment Alger, principale partie au conflit, ou vont se limiter au Maroc et au polisario, à la solde d'Alger. 

 

Une chose est sûre: le deuxième round de la table ronde qui aura lieu courant mars à Genève englobera les quatre parties, en l'occurence le Maroc, l'Algérie, le polisario et la Mauritanie. 

 

Sur le fond, force est de constater qu'aucune évolution n'a jusqu'ici été enregistrée auprès de la partie adverse, restée recroquevillée sur sa thèse irréaliste du "référendum d'autodétermination", jugée "impraticable" par l'ONU. 

 

Pour rappel, la résolution 2440, adoptée fin octobre dernier, avait salué le sérieux et la crédibilité de l'offre marocaine d'autonomie, seule alternative réaliste et réalisable au conflit régional plus que quarantenaire créé autour du Sahara.