Immigration: Anis Birou se penche sur les discriminations à l'encontre des MRE | www.le360.ma

Le360 Actualités Maroc

ع
anis Birou MRE

Anis Birou, membre du bureau politique du RNI.

© Copyright : MAP

Immigration: Anis Birou se penche sur les discriminations à l'encontre des MRE

Par Mustapha Nouri le 15/02/2017 à 01h21 (mise à jour le 15/02/2017 à 02h22)

Kiosque360. Selon une étude du ministère chargé des MRE et des affaires de l’immigration, pas moins de 23% des jeunes Marocains vivant en Europe disent avoir été victimes de discriminations à l’emploi.

aA
Dans une étude réalisée sur les attentes des jeunes Marocains de l'étranger, le ministère chargé des MRE et des affaires de l’immigration indique que 23% des jeunes vivant en Europe ont le sentiment d’avoir fait l’objet de comportements «discriminatoires» sur le marché de l’emploi, rapporte le quotidien Al Ahdath Al Maghribia dans son édition de ce mercredi 15 février.
 
Conçue en partenariat avec d’autres secteurs ministériels, la même étude, déclinée sous les trois axes de l’intégration dans les pays d’accueil, la relation avec le pays d’origine et la citoyenneté, dévoile que 36% des jeunes vivant en Europe rencontrent également des difficultés à poursuivre leurs études supérieures, ajoute le journal.
 
L’étude, qui porte sur un échantillon de 2.146 jeunes de 15 à 30 ans vivant en Belgique, en Allemagne, en France, en Espagne, en Italie et en Hollande, révèle qu’alors que 63% des jeunes MRE ont un niveau scolaire supérieur au Bac, 75% d’entre eux vivent toujours avec leurs familles, tout en aspirant à l'indépendance.
 
Pour ce qui est du deuxième axe, les jeunes MRE restent très attachés à leur pays d'origine dont 68% maîtrisent l'une des langues vernaculaires. Par ailleurs, les trois quarts d'entre eux rentrent au moins une fois par année au pays, et 62% de ces jeunes expriment la volonté d’investir et de s’installer au Maroc, note Al Ahdath.
 
L’étude indique, par ailleurs, que la pupart des jeunes MRE, soit 75%, ont un sentiment d’appartenance à leur pays de résidence et vivent sans problème leur double culture, conclut le journal.