Insolite. El Othmani en colère contre son Community manager | www.le360.ma

Le360 Actualités Maroc

ع
El Othmani
© Copyright : DR

Insolite. El Othmani en colère contre son Community manager

Par Mohamed Younsi le 13/01/2021 à 20h27

Kiosque360. La communication du chef du gouvernement et secrétaire général du PJD, Saâd-Eddine El Othmani, sur les réseaux sociaux, est parfois confuse, ambivalente et ambiguë. Son Community manager est sur la sellette. Les détails.

aA

La page officielle de Saâd-Eddine El Othmani, chef du gouvernement et secrétaire général du Parti de la justice et du développement (PJD), sur les réseaux sociaux, provoque parfois la risée de la Toile. En effet, dans certains cas, le message publié est modifié quelques heures plus tard. Dans d’autres cas, il est supprimé. Et, pire, encore, le même message véhicule parfois une information et son contraire. Dans certains cas, le message publié ne cadre pas avec le statut du chef du gouvernement et le devoir de réserve auquel l'astreint sa fonction. Ce qui a provoqué la colère de Saâd-Eddine El Othmani, fait remarquer le quotidien Al Akhbar qui rapporte l’information dans son édition du jeudi 14 janvier.

 

D’ailleurs, le chef du gouvernement aurait mis en garde son Community manager contre ces dérapages qui portent préjudice à son image et à celle de son institution. Ce Community manager n’est autre que Nizar Khairoun, leader de la jeunesse du parti et ancien conseiller au cabinet de Lahcen Daoudi. A propos de ces dysfonctionnements communicationnels sur la Toile, les sources du quotidien font savoir que les conseillers du chef du gouvernement à la primature déclinent, non sans colère, leur responsabilité à propos des publications postées sur la page officielle du chef du gouvernement. Les mêmes sources précisent que ces publications sur les réseaux sociaux sont généralement ponctuées de contradictions, vu le double statut de chef du gouvernement et de secrétaire général du Parti de la justice et du développement d'El Othmani. Celui-ci est donc  souvent obligé d'intervenir, in fine, pour modifier le contenu de la publication ou la supprimer, comme ce fut le cas dernièrement d'une publication illustrée du drapeau amazigh.