L’ambassade US à Rabat présente ses excuses à Hammouchi | www.le360.ma

Le360 Actualités Maroc

ع
dwight bush

Dwight Bush, l'ambassadeur des Etats-Unis au Maroc.

© Copyright : DR

L’ambassade US à Rabat présente ses excuses à Hammouchi

Par Mohammed Boudarham le 20/05/2016 à 20h21

L’ambassade américaine au Maroc a révélé, dans un appel téléphonique à Le360, avoir présenté des excuses au patron du pôle sécuritaire DGSN-DGST, Abdellatif Hammouchi, pour une confusion le concernant relevée dans le rapport du Département d’Etat US sur les droits de l’Homme.

aA

La chancellerie américaine à Rabat a affirmé à Le360 avoir présenté des excuses à Abdellatif Hammouchi, patron du pôle sécuritaire DGSN-DGST. Motif: une confusion qui a été reproduite dans le dernier rapport d’Etat américain sur les droits de l’Homme, au sujet d’Abdellatif Hammouchi qui, au moment de l’élaboration dudit rapport, occupait uniquement le poste de directeur de la DGST, et non du pôle DGSN-DGST, comme cela a été faussement rapporté dans ledit rapport.

 

Une source à l’ambassade US à Rabat, qui a pris contact avec Le360, a mis cette confusion sur le compte des "staffers" du Département de John Kerry.

 

Comme l’affirmait Le360, dans son édition du jeudi 19 mai, ces bureaucrates, guidés par paresse et/ou par méconnaissance de la réalité du terrain, font leur compilation de ce qui atterrit sur leurs bureaux, sans daigner recouper les informations, pour élaborer le rapport US sur les droits de l’Homme.

 

Une malencontreuse habitude bureaucratique que le Département d’Etat américain est appelé désormais à combattre, il y va de l’objectivité de son rapport annuel sur les droits de l’Homme.

 

Un vice d’objectivité qui a porté le gouvernement marocain, par la voix du ministère de l’Intérieur, à dénoncer le contenu «véritablement scandaleux» du dernier rapport du Département d’Etat américain.

 

"Le contenu du rapport du Département d'Etat de cette année, publié le 13 avril 2016, est véritablement scandaleux. Il est passé de l'approximation de l'information à son invention pure et simple, de l'appréciation erronée au "mensonge" caractérisé", a affirmé le ministère de l’Intérieur, dans un communiqué diffusé le 17 mai.