Le360 Actualités Maroc

ع
 Mohamed Nabil Benabdallah,PPS campagne électorale  Soualem 31 aout 2015
© Copyright : Brahim Taougar - Le360

Le PPS appelle à assainir le climat politique avant les élections

Par Mohamed Younsi le 03/03/2021 à 18h42

Kiosque360. Parallèlement à la mise en place des textes juridiques régissant l’opération électorale, le gouvernement est appelé à créer un climat sain pour faire des prochaines élections une étape positive dans le processus d’édification démocratique et institutionnelle du pays.

aA

Alors que le Parlement est en session extraordinaire pour mettre au point les lois qui devaient régir le processus électoral, le parti du progrès et du socialisme (PPS), dans l’opposition depuis le dernier remaniement ministériel, a fait savoir qu’il continuait d’œuvrer, via ses représentants au sein de l’Hémicycle,  pour l’amélioration qualitative des lois électorales. Et ce, afin que ces échéances électorales se déroulent dans «les meilleures conditions de manière libre, transparente, probe et équitable».

 

C’est lors d’une réunion de son bureau politique, mardi 2 mars 2021, que le PPS a réitéré son appel au gouvernement à agir pour «créer un climat sain fondé sur l’apaisement et l’élargissement de l’espace des libertés pour le renforcement de la confiance et de la crédibilité, dans le but de garantir une large participation et de faire des élections prochaines une étape positive dans le processus d’édification démocratique et institutionnelle».  

 

A ce propos, considère le PPS, quelle que soit «la qualité des textes juridiques en la matière, le gouvernement est appelé à assainir le climat politique», rapporte le quotidien Al Ahdath Al Maghribia dans son édition du jeudi 4 mars, citant un communiqué du bureau politique du PPS.

 

Concernant le projet de loi relatif au cannabis, le PPS indique que la lutte contre l’exclusion, la marginalisation et la pauvreté dans les zones concernées par la culture de cette plante, «ne dépend pas uniquement de cette loi, mais reste tributaire surtout de la capacité du gouvernement de mettre en place une vision, des plans et des projets de développement globaux et intégrés, qui garantissent la justice sociale et l’équité spatiale». Et de souligner la nécessité d’assurer les conditions optimales de sa mise en œuvre afin de «garantir l’impact positif escompté de cette nouvelle loi et de l’entourer de toutes les dispositions pour éviter toute déviation par rapport à ses objectifs initiaux». Compte tenu «de l’importance de ce projet et du changement radical qu’il est susceptible d’introduire dans l’approche à l’égard de ce sujet épineux», le PPS exprime son aspiration à ce qu’«il soit soumis à un large débat».

 

De même, poursuit le quotidien, le parti du Livre veillera également à ce que «cette nouvelle loi concrétise l’amélioration des conditions de dizaines de milliers de familles qui vivent dans la clandestinité, la marginalisation, la peur et l’exploitation».

 

 Le PPS veillera par ailleurs,  indique le communiqué du parti, à ce que «ces familles soient les véritables bénéficiaires de cette légalisation, dont la mise en œuvre requiert, en parallèle, le renforcement de la lutte contre le trafic illicite des drogues par les barons et les trafiquants».