Le360 Actualités Maroc

ع
Jeunesse politique
© Copyright : DR

Les jeunes s’intéressent de plus en plus à la politique, mais pas aux partis

Par Mohamed Younsi le 30/09/2022 à 20h22

Kiosque360. Bien que les jeunes Marocains affichent clairement leur insatisfaction des partis politiques, ils s’intéressent de plus en plus à la politique. C’est ce que révèle une récente étude de l’Institut Prometheus pour la démocratie et les droits humains. Les détails dans cette revue de presse tirée du quotidien Assabah.

aA

Sur les 7,5 millions de voix recensées après le dépouillement des urnes lors des élections locales, provinciales, régionales et législatives du 8 septembre 2021, pas moins de 2,7 millions de voix étaient exprimées par les jeunes. Une masse électorale qui avait fait la différence lors de ce rendez-vous électoral.

 

D’ailleurs, «ils étaient plus de 4,8 millions de jeunes à s’inscrire sur les listes électorales bien avant l’opération électorale», indiquent les résultats d’une étude de terrain réalisée par l’Institut Prometheus. 
«Ce nombre, qui s’élevait à 2,3 millions en mars 2021, a bondi en peu de temps à plus de 4,8 millions en juillet de la même année», rapporte le quotidien Assabah dans son édition du week-end du 1er au 2 octobre.


Cette étude de terrain, qui a concerné des jeunes âgés de 18 à 34 ans, a révélé que «86% des jeunes ne sont pas satisfaits des partis politiques», mais s’intéressent à la politique. Cette insatisfaction est également mise en évidence par la statistique montrant que «47% des jeunes Marocains ne font pas totalement confiance aux partis politiques, tandis que 26% ont affirmé qu'ils ne s'intéressent pas du tout à la politique», a fait savoir le chercheur Mustapha Yahyaoui, lors de la présentation des résultats de cette étude de terrain, ajoutant que «3 jeunes inscrits sur les listes électorales sur 5 ont exprimé leur voix» lors des dernières élections.


L’étude de l’Institut Prometheus, réalisée sur «la sécurité humaine pour les jeunes Marocains», a ainsi montré que «les dernières élections ont constitué un carrefour dans l’intérêt des jeunes pour la politique et la chose électorale».