Lutte antiterroriste. Hammouchi dévoile le modèle marocain en Tchétchénie | www.le360.ma

Le360 Actualités Maroc

ع
Ramzan Kadirov

Abdellatif Hammouchi reçu par Ramzan Kadirov, le président tchétchène.

© Copyright : DR

Lutte antiterroriste. Hammouchi dévoile le modèle marocain en Tchétchénie

Par Mohammed Boudarham le 26/05/2016 à 19h57 (mise à jour le 26/05/2016 à 21h51)

Abdellatif Hammouchi, patron du pôle DGSN-DGST, vient de prendre part à un important colloque des responsables de la sécurité, du 23 au 25 mai, à Grozny. L’occasion d’exposer l’expérience marocaine en matière de lutte contre le terrorisme.

aA

Abdellatif Hammouchi a pris part, du 23 au 25 mai courant à Grozny, à la 7e rencontre des principaux responsables internationaux de la sécurité. Un conclave qui a réuni pas moins de 80 délégations du monde entier et qui, conjoncture oblige, a été consacré à la lutte contre le terrorisme.

 

Lors de cette rencontre, tenue sous haute sécurité et pratiquement loin des yeux des médias, Abdellatif Hammouchi a fait un important exposé axé sur l’expérience marocaine en matière de lutte contre le terrorisme, mais aussi en matière de lutte contre les réseaux d’immigration clandestine et la délinquance cybernétique.

 

Loin de l’approche purement sécuritaire, le patron du pôle DGSN-DGST a expliqué comment les mesures anticipatives ont mis le Maroc à l’abri de plusieurs attentats et comment cette même approche a permis au royaume d’éviter d’autres actes criminels dans des pays amis et alliés.

 

En plus de la vigilance de ses services de sécurité, Abdellatif Hammouchi a rappelé toutes les autres initiatives entreprises par la royaume pour lutter contre la radicalisation et, entre autres, par les divers champs de développement et l’ouverture d’un dialogue avec les salafistes qui a débouché sur une remise en question salutaire.

 

Une gouvernance sécuritaire ciblee et anticipative

Le patron de la DGSN-DGST a démontré comment le Maroc s’est inscrit, au lendemain des attentats du 11 septembre 2001, dans une dynamique sécuritaire prospective pour contrer la menace terroriste représentée par des organisations de plus en plus structurées et adoptant des modus operandi ingénieux et sophistiqués.

 

Abdellatif Hammouchi a rappelé que les premières manifestations de l’internationale terroriste au royaume sont apparues dès 2002, avec le démantèlement d’une cellule composée de combattants d’Al Qaeda de  nationalité étrangère ayant planifié des attaques contre la flotte navale de l’OTAN au Détroit de Gibraltar et des sites touristiques au Maroc.

 

Depuis lors, a précisé Abdellatif Hammouchi, les services marocains se sont déployés activement dans le cadre d’une action sécuritaire anticipative ayant permis de neutraliser plus d’une centaine de cellules terroristes (155 depuis 2002), dont plus d’une cinquantaine liées aux différents foyers de tension à la zone afghano-pakistanaise, l’Irak, la Syrie et le Sahel.

 

La vigilance des services de sécurité a permis de prémunir le royaume contre des attaques terroristes (324 projets d’attentats) dont plusieurs visaient des représentations diplomatiques, des sites touristiques, des lieux de culte chrétiens et juifs, ainsi que des locaux des services de sécurité.

 

Une réforme juridique et institutionnelle

Dans son exposé, Abdellatif Hammouchi a affirmé que le royaume s’est doté d’un dispositif juridique et institutionnel approprié pour lutter et réprimer les actes terroristes et ce, depuis les attentats anti-Casablanca du 16 mai 2003. Il a mis ainsi en exergue la mise a niveau de la législation marocaine pour faire face à une menace terroriste en mutation, concrétisée par la loi anti-terrorisme de 2003, ayant été promptement adaptée en 2015 pour inclure un texte de loi incriminant de façon plus précise le ralliement individuel ou collectif des groupes terroristes, l’entraînement, l’incitation et l’apologie du terrorisme.

 

Par ailleurs, Abdellatif Hammouchi a mis en avant le modèle marocain qui est aujourd’hui pris pour exemple dans le monde entier, et surtout par plusieurs pays européens et africains.

 

La lutte contre l’exclusion sociale

Le patron du pôle DGSN-DGST a affirmé que le Maroc, dans une dynamique d’ensemble pour endiguer les facteurs favorisant la montée de l’islamisme violent qui se nourrit de la précarité et de l’exclusion sociale, a fourni d’immenses efforts pour limiter les dégâts.

 

Abdellatif Hammouchi a indiqué que le Maroc a réalisé un saut à la fois qualitatif et quantitatif en faveur du développement socio-économique des populations les plus fragilisées à travers notamment, l’Initiative nationale pour le développement humain (INDH), lancée par Mohammed VI en 2005.

 

Véritable projet de société, l’INDH, avec un budget de plusieurs dizaines de milliards de dirhams, a permis de manière indéniable à prévenir la radicalisation parmi les populations défavorisées.

 

Lors de ce sommet de haut niveau, Abdellatif Hammouchi a dévoilé, force statistiques à l’appui, les efforts déployés par le Maroc depuis le début des années 2000 quand les Etats-Unis ont été attaqués.

 

En marge de cette importante rencontre, Abdellatif Hammouchi a eu une série d’entretiens en tête-tête avec Nicolai Patrochev, premier responsable de la sécurité en Russie qu’il a déjà rencontré à Moscou il y a moins d’un mois.

 

Abdellatif Hammouchi a également été reçu en audience par le président de la république tchétchène Ramzan Kadirov.

 

Parmi les autres responsables rencontrés par Abdellatif Hammouchi, il y a lieu de signaler cet entretien avec le chef de la délégation chinoise qui occupe le poste de secrétaire de la commission de sécurité au sein du Parti communiste chinois