Lutte antiterroriste: les services marocains sollicités par l’UE | www.le360.ma

ع
Mohamed Hassad

Mohamed Hassad, ministre de l'Intérieur.

© Copyright : DR

Lutte antiterroriste: les services marocains sollicités par l’UE

Par Amyne Asmlal le 13/09/2016 à 21h07 (mise à jour le 13/09/2016 à 21h37)

Kiosque360. Députés et responsables européens ont mis en avant la singularité de l’expérience marocaine et l’efficacité de son approche proactive en matière de lutte antiterroriste. Ils ont ainsi incité l’UE à renforcer sa coopération avec le Maroc dans ce domaine.

aA

La récente visite de Mohamed Hassad, ministre de l’Intérieur, à Bruxelles, a montré à quel point l’Union Européenne comptait sur l’expérience marocaine dans sa lutte contre le terrorisme. Ainsi, députés et responsables européens de la commission pressent les instances de l’UE de renforcer leur coopération et rehausser le niveau de partenariat avec le Maroc dans ce domaine, affirme le quotidien Assabah dans son édition du mercredi 14 septembre. De même, ces responsables et eurodéputés n’ont pas manqué de mettre en exergue, lors d’une rencontre organisée au Parlement européen, l’expérience unique du Maroc en matière de lutte antiterroriste.

 

En effet, selon l’eurodéputé Gilles Pargneaux, le Maroc est un partenaire privilégié de l'Union européenne en matière de lutte antiterroriste. De par son expérience et l'approche multidimensionnelle qu'il adopte en la matière, il constitue un modèle pour la région et un exemple à suivre. L'Europe, explique-t-il, a donc tout à gagner à tirer profit de l'expérience marocaine sur le plan sécuritaire et celui de la lutte contre la radicalisation à travers, notamment, la formation des imams.

 

Pour sa part, indique le journal, l'eurodéputé Cristian Dan Preda a mis en avant le dynamisme de la coopération maroco-européenne, notamment dans le domaine sécuritaire, de même qu’il a salué la disposition du Maroc à prêter main forte à l’UE pour faire face aux défis sécuritaires et migratoires. De son côté, le député européen Antonio Lopez-Isturiz White a souligné que le Maroc était évoqué, par plusieurs pays de l’UE, comme un exemple de la coopération en matière sécuritaire. Et de rappeler que, grâce à cette coopération et aux précieux renseignements fournis par les services de sécurité marocains, des attentats d'une extrême gravité ont pu être évités à temps.

 

Versant dans le même sens, l’ancienne Garde des sceaux française d’origine marocaine et actuelle députée européenne, Rachida Dati, quant à elle,  a mis en avant la force du discours du roi Mohammed VI à l'occasion du 63e anniversaire de la Révolution du Roi et du Peuple. Elle rappelle ainsi, dans des propos rapportés par le quotidien,  «l'urgence pour nous Européens de nous appuyer sur le Maroc et de coopérer dans l'intérêt bien compris de nos peuples». En ce sens, la députée européenne a rappelé le rôle stratégique du Maroc aux côtés de l'Union européenne pour faire face aux défis actuels.

 

L’eurodéputé et ancien ministre de l’Intérieur, Brice Hortefeux, a également mis l’accent sur la singularité de l'expérience marocaine en matière de lutte antiterroriste, notant l’importance du partenariat entre le Maroc et l'Union européenne. L’ancien ministre de l’intérieur français n'a pas non plus manqué de parler du caractère « exemplaire » de la coopération entre le Maroc et la France dans le domaine de la lutte antiterroriste, tout en précisant que l'UE aurait tout à gagner à s'inspirer de l'approche marocaine proactive.

 

Le ministre de l’Intérieur, Mohamed Hassad, est également intervenu lors de cette rencontre et a exposé les grandes lignes de l'approche marocaine en matière de lutte antiterroriste dont il a précisé les trois axes: l'anticipation, l'encadrement du champ religieux et la lutte contre toutes les formes d'exclusion. Le ministre a ainsi évoqué le démantèlement de dizaines de cellules terroristes par les services de sécurité marocains, ainsi que les efforts considérables déployés par le Maroc pour transformer des régions économiquement précaires et fragiles en centres de développement. Sans oublier le volet social à travers la lutte contre l'habitat insalubre, les bidonvilles et la marginalisation.   


Par ailleurs, le ministre de l'Intérieur a insisté sur l'importance de la coopération internationale en matière de lutte contre le terrorisme et sur le fait qu'aucun pays ne pouvait à lui seul mener cette bataille avec succès. Et de souligner, par la même occasion, le bon niveau de coopération que le Maroc entretient avec de nombreux pays, notamment européens.