Le360 Actualités Maroc

ع
Pêche
© Copyright : DR

Maroc-Espagne: Madrid s'inquiète pour l'avenir de l'accord de pêche

Par Hassan Benadad le 15/06/2021 à 22h20

Kiosque360. Les pêcheurs espagnols redoutent que le Maroc utilise la carte de la pêche comme une mesure de rétorsion contre l’Espagne et l’UE. Le ministre de l’Agriculture espagnol a tenté de les rassurer en affirmant que la crise politique ne risque pas de s’étendre aux accords économiques.

aA

L’Espagne prend au sérieux les fuites diplomatiques sur une probable riposte souveraine du Maroc face à ses manœuvres hostiles à l’intégrité territoriale dans le dossier du Sahara marocain.


Le quotidien Assabah rapporte, dans son édition du mercredi 16 juin, que certains responsables ont commencé à bouger pour éviter que Rabat utilise la carte de la pêche maritime comme mesure de rétorsion. Le ministre espagnol de l’Agriculture, Luis Planas, a essayé d’atténuer les inquiétudes des opérateurs qui exercent dans le secteur de la pêche dans son pays. Il leur a adressé un message rassurant dans lequel il estime que la crise politique avec le Maroc ne risque pas de s’étendre aux accords économiques tout en rappelant que l’activité des bateaux de son pays revêt une grande importance.

 

Jusqu’à maintenant, poursuit-il, il n’y a pas de changement à l’horizon dans le domaine de la pêche malgré la tension qui persiste entre les deux pays. Dans une déclaration à la presse, le ministre espagnol a indiqué que l’UE et l’Espagne veulent entretenir d’excellentes relations avec le Maroc dans un cadre de respect mutuel. Et Planas de reconnaître que l’activité des pêcheurs espagnols dans les eaux territoriales marocaines est cruciale pour l’Espagne, tout en rappelant que les échanges dans le domaine agricole sont tout aussi importants.

 

Le quotidien Assabah rapporte que certaines parties espagnoles n’excluent pas le recours du Maroc à l’arme de la pêche maritime, surtout après les avertissements lancés par Rabat sur les conséquences néfastes de l’ingérence du parlement européen dans la crise bilatérale maroco-espagnole. Une allusion implicite aux menaces qui pèsent sur l’accord de pêche après les derniers développements entre le Maroc et l’Espagne, et même avec l’Union européenne. Il faut rappeler que l’Espagne demeure le premier bénéficiaire de l’accord de pêche avec l’UE, qui expire juridiquement en 2023.

 

En revanche, le Maroc n’en tire pas de gros revenus. Cet accord englobe les côtes des provinces du sud sans toutefois de reconnaissance explicite de la marocanité du Sahara. Les statistiques démontrent que l’Espagne profite largement de l’accord de pêche avec le Maroc, puisque sur les 120 bateaux exerçant dans les eaux territoriales marocaines, plus de 90 sont espagnols. Une activité très rentable qui génère beaucoup d’emplois en Andalousie et plus particulièrement dans la province de Cadix.