Mme El Othmani dîne aux frais du contribuable, le PAM demande des comptes | www.le360.ma

Le360 Actualités Maroc

ع
Saad Eddine El Othmani et sa femme

Saâd-Eddine El Othmani et son épouse.

© Copyright : DR

Mme El Othmani dîne aux frais du contribuable, le PAM demande des comptes

Par Khalil Ibrahimi le 16/01/2020 à 20h51

Kiosque360. Le PAM accuse ouvertement les élus du PJD d’avoir organisé une soirée fastueuse dans la capitale, en présence de l’épouse du chef du gouvernement, aux frais du contribuable.

aA

L’accusation est grave. Elle porte sur le parti qui fait de la probité son cheval de bataille : le PJD qui mène la coalition gouvernementale. Il s’agit d’une soirée fastueuse qu’aurait organisée la section de Rabat du parti islamiste en l’honneur de l’épouse du chef de l’Exécutif et secrétaire général de la formation islamiste… sur le compte des deniers publics.

 

C’est en tout cas ce qu’affirme le PAM, rival historique du PJD, relayé par le quotidien Al Massae. Le PAM exige ainsi les factures de ladite soirée et l’application du principe du rendre-compte. Dans un communiqué, le groupe PAM de l’arrondissement Agdal-Rabat se demande comment une cérémonie a pu être organisée sans que le conseil de l’arrondissement ne soit mis au courant et ne puisse trancher quant à sa tenue. Dans son viseur, Badia Bennani, présidente (PJD) de ce même arrondissement.

 

Pour elle, c’est une infraction pure et simple de la loi et les mesures légales doivent être appliquées pour connaitre l’origine de l’argent ayant servi à son organisation. Dans le même communiqué, le groupe PAM dénonce également la façon dont des millions de dirhams ont été «gaspillés» dans la location de voitures en faveur des proches de la présidente au lieu de servir à à la location d’ambulances par exemple.

 

Ce communiqué, explique Al Massae, est une réaction au refus catégorique de la présidente PJD de l’arrondissement de fournir des explications quant à certaines dépenses. Elle est même allée jusqu’à traiter ses questionneurs, entendez les élus PAM, de baltajia (fauteurs de troubles, NDLR). Affaire à suivre.