Phosphatier bloqué en Afrique du Sud: après l'OCP, le gouvernement réagit | www.le360.ma

Le360 Actualités Maroc

ع
Navire Phosphatier

L'Ultra Innovation qui transporte plus de 55.000 tonnes de phosphate marocain à déstination du Canada.

© Copyright : Marine Traffic

Phosphatier bloqué en Afrique du Sud: après l'OCP, le gouvernement réagit

Par Le360 (avec MAP) le 15/06/2017 à 17h31

"La décision d'un tribunal sud-africain d'envoyer le dossier de saisie d'un navire transportant une cargaison de phosphates marocains à un jugement sur le fond "est en contradiction avec le droit international", estime Mustapha El Khalfi le porte-parole du gouvernement.

aA

La décision d'un tribunal sud-africain d'envoyer le dossier de saisie d'un navire transportant une cargaison de phosphates marocains à un jugement sur le fond "est en contradiction avec le droit international", a souligné, jeudi à Rabat, le ministre délégué chargé des relations avec le Parlement et la société civile, porte-parole du gouvernement, Mustapha El Khalfi.

Phosphatier bloqué en Afrique du Sud: première réaction de l'OCP

 

Cette décision est en contradiction totale avec le jugement de la Cour panaméenne qui, elle, s’est déclarée incompétente sur ce même sujet, a rappelé El Khalfi lors d'un point de presse tenu à l'issue de la réunion hebdomadaire du Conseil de gouvernement, notant que la décision du tribunal sud-africain est de nature éminemment politique et est en contradiction avec le droit international.

 

Mettant en avant la position saine du Maroc dans cette affaire, Mustapha El Khalfi a indiqué que le Royaume rejette en bloc cette décision et la dénonce, et va y riposter avec toute la fermeté requise. Le 1er mai 2017, un juge sud-africain avait ordonné la saisie conservatoire d’une cargaison de phosphate en provenance de Phosboucraa, se traduisant par une immobilisation temporaire du navire à Port Elizabeth.

Sahara: la Justice sud-africaine maintient la saisie du phosphatier marocain bloqué

 

Cette ordonnance de saisie était la conséquence d’une requête adressée au juge sud-africain par le front «polisario», sur la seule base d’allégations politiques totalement infondées et motivées par l’activisme séparatiste d’une «RASD» auto-proclamée, une entité non reconnue ni par les Nations Unies ni par la communauté internationale.