Le360 Actualités Maroc

ع
Abdelaziz Bouteflika

Une Algérie effondrée, à l'image de l'état de santé de son président.

© Copyright : DR

Pourparlers libyens: L’accord de Skhirat fait pâlir de jalousie l’establishment algérien

Par Ziad Alami le 14/07/2015 à 02h39

Alors que toutes les capitales du monde saluent le rôle déterminant joué par le Maroc dans l’aboutissement à un accord de paix historique entre les parties libyennes en conflit, Alger rameute sa soldatesque journaleuse pour tenter de contester un succès pourtant foudroyant.

aA

Encore une fois, la machine algérienne à produire de l’intox anti-marocaine s’est emballée dans la tentative (désespérée) de «discréditer» une percée diplomatique majeure réalisée par le Maroc: la signature, dans la nuit de samedi à dimanche, à Skhirat, de l’accord de paix entre les parties libyennes en conflit.

 

Dans le concert des félicitations internationales, retentit une tonitrunate fausse note algérienne qui nous édifie, une fois encore, sur ce syndrome aigu et néanmoins incurable attrapé par le voisin de l’Est, en l’occurrence son inénarrable jalousie, mais aussi et surtout sur ce mépris crasse et incompréhensible du succès, quoique notoire et incontestable. 

 

«Bernardino Leon, l’émissaire onusien pour la Libye, a bien raison d’avoir le succès modeste», a klaxonné le très flamboyant El Watan, qui en rajoute en donnant ce coup de phare aveuglé : «Eu égard à sa puissance de feu, Fajr Libya (NDLR : milices jihadistes à l'origine de l'assaut, mi-juin, contre le consulat tunisien à Tripoli et de l'enlèvement de dix fonctionnaires innocents !) ne peut être ignorée dans tout processus de paix en Libye» !

 

Il en ressort que le confrère algérien regrette de ne pas voir s’asseoir à la table des négociations un groupe terroriste dont la seule place à laquelle il pourrait postuler est le box des accusés de la Cour pénale internationale (CPI, à La Hay, Pays-Bas) pour répondre des crimes contre l’humanité dont il s’est rendu coupable. 

 

Autre curiosité relevée sous la plume de nos confrères algériens téléguidés par le fameux département du renseignement et de la sécurité, dirigé par le général-major Mohamed Médiène, -un féru des cigares cubains et des matches de la NBA-, elle est signée du Reporters.DZ.

 

«Le document proposé par l’ONU à Skhirat, au Maroc, a été paraphé samedi dernier par le Parlement de Tobrouk et des partis politiques libyens qui n’ont pas pignon sur rue et qui n’ont aucun effet sur les groupes armés», a-t-il aboyé, sans daigner -honnêteté intellectuelle oblige- préciser que la partie signataire de l’accord de paix, en l’occurrence le Parlement de Tobrouk, est une institution élue par le peuple libyen qui plus est reconnue par la communauté internationale.

 

Or préférant tremper dans l’encrier de la désinformation et autres affabulations, le soi-disant «Reporters.DZ» n’a pas vu cette réalité de cet œil lucide.

 

Mal leur en prend, à ces confrères qui en sont réduits à colporter des ragots auxquels aucun individu normalement constitué ne peut faire foi sans risquer de se couvrir de ridicule.

 

 

Quand Alger prend plaisir à botter en touche !

Face à l’aveuglement programmatique de nos confrères, nous n’avons d’autre choix que celui de leur opposer la force des réactions exprimées par la plus haute autorité de l’organisation des Nations unies, le SG Ban Ki-Moon, et son émissaire personnel qui s’est félicité, n’en déplaise à Alger, du « rôle très important d’appui politique joué par le Maroc dans le processus de négociations entre les parties libyennes ».

Le SG de l’ONU, qui s’est dit « très encouragé » par l’accord de Skhirat, a qualifié ce dernier de « manifestation claire de volonté et de courage politique ».


La haute Représentante de l’UE aux Affaires étrangères, Fédérica Mogherini, a estimé qu’il s’agit d’ «une étape importante» vers le rétablissement de la paix et de la stabilité en Libye.


«Nous saluons le travail effectué par le Représentant Spécial du Secrétaire général des Nations Unies, M. Bernardino Leon, et remercions le Maroc qui a accueilli ces négociations», a souligné le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius. 

Cet accord “représente une avancée considérable sur la voie de la concertation et du dialogue pour parvenir à une entente entre toutes les parties libyennes disposées à récupérer un avenir de stabilité et de coexistence pour leur pays”, s’est félicité le gouvernement espagnol.


Que faut-il encore demander de plus ?


Le Caire, qui préside actuellement la Ligue arabe, a exprimé son «estime au Royaume du Maroc pour avoir accueilli les pourparlers entre les parties libyennes» tout en saluant «l’attitude positive et le sens des responsabilités dont ont fait preuve les participants aux pourparlers».


Voyez, on pourrait allonger à l’infini la liste des messages de félicitations adressés au Maroc par les capitales du monde mais abrégeons : Pourquoi Alger est-elle la seule capitale au monde à voir le contraire ? Là est le secret Capital d’un voisin qui a pris ce regrettable plaisir à réussir dans l’échec ! Pitoyable !