Remaniement gouvernemental: les scénarios de Saâd-Eddine El Othmani | www.le360.ma

ع
Saâd-Eddine El Othmani

Saâd-Eddine El Othmani.

© Copyright : DR

Remaniement gouvernemental: les scénarios de Saâd-Eddine El Othmani

Par Mohamed Younsi le 02/09/2019 à 19h59

Kiosque360. Le chef du gouvernement, Saâd-Eddine El Othmani, aurait entamé les consultations concernant le remaniement ministériel qui devait intervenir avant la rentrée. El Othmani, qui a élargi ces consultations à l’opposition, opte pour la confidentialité. Les détails de ce qui filtre.

aA

Le processus des consultations du chef du gouvernement, Saâd-Eddine El Othamni, pour remanier son équipe gouvernementale avant la rentrée parlementaire, a démarré dans la confidentialité. Rien ne filtre jusqu’à présent. Seules des informations concordantes, rapportées par le quotidien Al Ahdath dans son édition de ce mardi 3 septembre, laissent entendre que des consultations ont eu lieu entre le chef du gouvernement et les chefs des partis de la majorité et de l’opposition.

 

A ce propos, les sources du quotidien ont précisé que le chef du gouvernement a tenu à rencontrer chaque parti seul, lui demandant de lui formuler ses propositions. Cette approche, fait remarquer le quotidien, aurait été suivie par le chef de l’Exécutif pour éviter des blocages ou de se retrouver face à des coalitions de partis, comme ce fut le cas pour son prédécesseur, Abdelilah Benkirane quand il s’est retrouvé face à trois partis, formant un bloc.

 

Toutefois, poursuit le quotidien, cette approche d’El Othmani n’aurait pas été du goût des chefs de partis, sans donner plus de précisions. D’ailleurs, aucun leader des partis, notamment de la majorité, hormis Mohand El Anser qui a déclaré qu’il était en voyage, n’a donné de déclarations dans ce sens ou même confirmé ces consultations que les sources du quotidien ont bien affirmées en s’appuyant sur des sources au sein des états-majors de ces formations politiques.

 

L’autre nouveauté de ce processus est le contact pris avec les partis de l’opposition représentés au Parlement, à savoir le Parti authenticité et modernité (PAM), le Parti de l’Istiqlal (PI) et la Fédération de la Gauche. Cette ouverture sur l’opposition, souligne le quotidien, aurait été choisie par El Othmani afin d’élargir les consultations à l’opposition même dans le cas du remaniement. Mais, indique le quotidien, elle viserait également à rallier des compétences des partis au gouvernement sans intégrer leur formation politique à la coalition gouvernementale. D’ailleurs, ajoute le quotidien, le chef du gouvernement aurait envoyé des signaux officieux dans ce sens à ces partis de l’opposition. Cette information a été confirmée au quotidien par des sources de l’opposition. Quoi qu’il en soit, le processus pour remanier le gouvernement est bien lancé.