Sahara: les FAR mobilisées autour des champs de mines après les inondations | www.le360.ma

Le360 Actualités Maroc

ع
FAR-Guerguerat
© Copyright : dr

Sahara: les FAR mobilisées autour des champs de mines après les inondations

Par Mohamed Chakir Alaoui le 03/11/2016 à 22h47 (mise à jour le 03/11/2016 à 22h51)

Kiosque360. Les pluies diluviennes qui se sont abattues, la semaine dernière, sur les provinces sahariennes marocaines, ont aidé l'armée marocaine à localiser, récupérer et détruire plusieurs mines terrestres que les eaux avaient emportées.

aA

"Mobilisation de l'armée royale après la rectification de la carte des mines terrestres par les inondations", titre Al Massae qui nous apprend, dans son numéro de ce vendredi 4 novembre, que les secours militaires "ont localisé" les mines devenues visibles après les pluies et demandé aux citoyens d'éviter de "s'approcher des zones dangereuses après les érosions". Selon le journal casablancais, des unités spéciales de l'armée royale "se sont rendues sur place pour sécuriser ces emplacements".

 

Des ONG locales de défense des victimes des mines terrestres, pour leur part, sont "entrées en action pour sensibiliser les habitants contre les dangers des mines, devenues visibles sous la force des crues". Les Forces armées royales (FAR), constamment mobilisées et fidèles à leur mission de défendre le territoire national, "ont isolé et sécurisé les zones". A ce propos, le journal  a interrogé, à Smara, Hassan Talouki, vice-président du Bureau régional du Croissant rouge marocain, qui lui "a confirmé l'intervention de l'armée royale", précisant que celle-ci restait toujours vigilante. "L'armée a imposé un dispositif de sécurité renforcé autour des périmètres de Smara, particulièrement dans la région de Sidi Ahmed Laâroussi", ajoute Al Massae. Cette information a de même été relayée par d'autres organes de presse marocains.

 

Les autorités locales et centrales, contactées par Le360, assurent que la "situation est pleinement sous contrôle, l'armée procédant au nettoyage des zones affectées" qui servaient, depuis des décennies, au pâturage des nomades. "L'appel à la vigilance lancé par l'armée et les autorités locales reste de vigueur", conclut Al Massae qui, toutefois, ne précise pas le nombre de mines terrestres actives ou inoffensives récupérées par les unités spéciales des FAR.