Tanger: la tutelle dit «non» à un projet touristique dans la forêt de Rmilat, validé par la mairie | www.le360.ma

Le360 Actualités Maroc

ع
Forêt de Rmilat

La forêt de R'Milat à Tanger.

© Copyright : DR

Tanger: la tutelle dit «non» à un projet touristique dans la forêt de Rmilat, validé par la mairie

Par Mohamed Younsi le 20/11/2020 à 21h39

Kiosque360. Les autorités compétentes de la ville de Tanger viennent de suspendre les travaux d’un chantier immobilier et touristique lancé dans la forêt de Rmilat. Voici pourquoi la tutelle a dit «non» à un projet validé par la mairie.

aA

La wilaya de Tanger-Tétouan Al Hoceima a ordonné, dans la nuit de mercredi à jeudi, l’arrêt immédiat des travaux d’un chantier immobilier et touristique lancé dans la forêt de Rmilat, poumon de la ville de Tanger et de ses environs.

 

En effet, dès que les bulldozers et les autres engins ont commencé à couper et à éliminer les souches d’arbres, provoquant un ouragan dans la région, la décision de l’arrêt de chantier est tombée, fait remarquer le quotidien Al Akhbar dans son édition du week-end des 21 et 22 novembre. 


Ce projet touristique et immobilier, affirment des sources à la commune, a été validé par les circuits administratifs de la mairie en 2016, qui lui ont accordé une dérogation. Il s’agit, ajoutent les mêmes sources, d’un complexe touristique, comprenant un hôtel classé et d’autres infrastructures, lancés par un promoteur immobilier natif de la province de Nador.


Au moment de la validation de ce projet, aucune opposition n’a été soulevée dans la ville, ajoutent les sources de la commune, qui n’a pas encore réagi officiellement à l’arrêt du chantier. Par contre, plusieurs composantes de la société civile dans la région de Tanger-Tétouan-Al Hoceima, notamment le mouvement des jeunes verts, estiment que ce projet est destructeur pour la nature, surtout dans cette zone qui offre une véritable bouffée d'oxygène pour la population de la ville de Tanger et de ses environs.

 

Ce mouvement des jeunes verts est monté au créneau pour dénoncer la destruction de la forêt et l’expansion des briques qui asphyxiera la zone verte de la région. Selon les sources du quotidien, plusieurs actions sont prévues par cette association pour contrer ce projet.