Le360 Actualités Maroc

ع
Cover: البام يوضح موقفة من القاسم الانتخابي
© Copyright : DR

Vidéo. Élections 2021: voici la position du PAM au sujet du quotient électoral

Par Mohamed Chakir Alaoui et Yassine Benmini le 05/01/2021 à 15h57

Le Parti authenticité et modernité (PAM, opposition) reconnaît que la question du quotient électoral va dominer les concertations et les débats en vue des différents scrutins électoraux prévus en cette année 2021. Le point.

aA

"Il existe actuellement beaucoup de spéculations sur cette question. Le PAM est toujours du côté des petits partis politiques auxquels reviendra le bénéfice du nouveau quotient, s'il est adopté", a affirmé Mehdi Bensaïd, l'un des dirigeants de ce parti dans l'opposition depuis sa création, dans une déclaration pour Le360.

 

"Le PAM, a-t-il ajouté, ne prendra de position officielle sur cette question qu'une fois que le ministère de l'Intérieur l'aura communiquée aux concernés".

 

"Mais, a poursuivi Mehdi Bensaïd, le PAM soutient les petits partis politiques pour qu'ils augmentent leurs chances même si cela devrait se faire au détriment de grandes formations comme le PAM ou le PJD."

Lois électorales: le vaccin et le Sahara imposent une pause

 

Le nouveau quotient électoral, s'il est adopté, devrait être basé sur le nombre des inscrits aux listes en remplacement des votes exprimés et valides à la proportionnelle, en vigueur jusqu'ici. L'USFP est en faveur de ce mode de scrutin, alors que le PJD s'oppose à son adoption.

 

Mehdi Bensaïd a par ailleurs indiqué que son parti a déjà commencé à préparer les diverses échéances électorales prévues en 2021.

Quotient électoral: le PJD joue-t-il un double jeu?

 

A une question posée par Le360, soit de savoir à quelle période les lois électorales 2021 seront adoptées par le Parlement, Mehdi Bensaïd, qui a été le président de la Commission des Affaires étrangères au Parlement se prononce pour une date qui précéderait la fin de cette année législative, c'est à dire avant la fin de la session d'avril de 2021. 

 

"A défaut, le gouvernement va devoir convoquer le Parlement en session extraordinaire", a-t-il expliqué.