Le360 Actualités Maroc

ع
cover- Lahcen Daoudi - PJD - congrès extraordinaire

Le congrès extraordinaire du PJD a adopté, ce samedi 30 octobre 2021 à Bouznika, la proposition de Abdelilah Benkirane d'un congrès ordinaire dans un délai long, contrairement aux préférences de Lahcen Daoudi qui optait pour un délai court de moins d'un an.

© Copyright : Brahim Mousaaid / Le360

Vidéo. Le Congrès extraordinaire du PJD adopte une résolution qui ouvre la voie au retour de Abdelilah Benkirane

Par Mohamed Chakir Alaoui et Brahim Moussaaid le 30/10/2021 à 16h04

Le congrès extraordinaire du PJD a adopté à la majorité écrasante, ce samedi 30 octobre 2021 à Bouznika, la proposition de Abdelilah Benkirane, ex-numéro un du parti, suggérant la tenue d'un congrès ordinaire dans un délai long. Cette décision ouvre la voie au retour de Benkirane à la tête du parti de la Lampe.

aA

Adoptée par 901 congressistes contre 374, la résolution ouvre ainsi la voie à Abdelilah Benkirane, ex-chef du PJD, pour présenter sa candidature à la présidence du PJD, à un moment où le parti vit sa pire période suite à la cinglante défaite électorale du 8 septembre 2021 (13 sièges remportés contre 125 en 2016).

 

L'élection du nouveau secrétaire général qui conduira les affaires du PJD aura lieu également ce samedi en fin d'après-midi et Benkirane a de fortes chances de la remporter. Ce dernier avait récemment assujetti sa candidature à la tenue, dans un délai long, du prochain congrès ordinaire, au-delà d'un an. Dans les coulisses, on murmure que les congressistes éliront Abdelilah Benkirane en tant que nouveau secrétaire général du parti. Outre Benkirane, deux autres noms sont en lice pour ce poste, à savoir Abdellah Bouanou et Abdelaziz El Omari.

Vidéo. Abdelillah Benkirane veut se porter candidat à la présidence du PJD, mais selon ses conditions

 

Interrogé par Le360 sur l'adoption du choix de Benkirane, Lahcen Daoudi, membre de secrétariat général sortant, connu pour ses critiques à l'égard de la ligne de Benkirane, a affirmé que la décision du congrès extraordinaire est "le résultat de la démocratie". "Je n'ai rien à dire face aux règles démocratiques, c'est un choix victorieux", a martelé Lahcen Daoudi avant de quitter la salle du congrès. Il faut rappeler que cet ancien ministre PJD était favorable à la tenue d'un congrès ordinaire dans un délai ne dépassant pas un an. Son choix n'a donc pas été retenu.