Le360 Actualités Maroc

ع
Moncef Marzouki

Moncef Marzouki, ancien président de la Tunisie, de 2011 à 2014. 

© Copyright : DR

Vidéo. Moncef Marzouki appelle les Sahraouis de Tindouf à se libérer du joug du régime algérien

Par Mohammed Boudarham le 02/12/2020 à 13h00

L’ex-président tunisien, Moncef Marzouki, a appelé les Sahraouis de Tindouf à aller vivre au Maroc au lieu de continuer à courir derrière le rêve irréalisable que leur vend le régime algérien. Les détails.

aA

«Le régime algérien sur le déclin vend des illusions aux Sahraouis qu’il détient comme otages au service d’un choix politique biaisé», a affirmé Moncef Marzouki lors d’une récente rencontre par visio-conférence au sujet des libertés et de la démocratie en Algérie, organisée par une ONG algérienne.

 

«Je me mets à la place de milliers de Sahraouis de Tindouf dans le Sud algérien (…). Quel avenir ont-ils?», s’interroge l’ancien président tunisien, qui estime qu’il faut «oublier le rêve d’un Etat sahraoui».

 

Moncef Marzouki: «nous ne pouvons pas sacrifier l’avenir de 100 millions de Maghrébins pour 200.000 Sahraouis»

 

En lieu et place, Moncef Marzouki décline une meilleure alternative pour les Sahraouis qui pourraient vivre en «trois Etats» au lieu d’un seul: une autonomie sous souveraineté marocaine, l’Etat marocain où ils pourraient «se déplacer librement de Tan Tan à Tanger», et enfin une troisième patrie, le Grand Maghreb.

 

«Vous pourrez vous installer en Tunisie, travailler en Libye, étudier en Algérie et participer aux élections législatives au Maroc», a affirmé l’ex-président tunisien à l’adresse des Sahraouis de Tindouf.

Maroc-Algérie: l’ex-président tunisien, Moncef Marzouki, tire à boulets rouges sur les dirigeants algériens

 

Dans son intervention, Moncef Marzouki explique, encore une fois, comment l’Algérie a sapé le rêve d’un Grand Maghreb dont l’édification aurait été bénéfique à ses 100 millions d’habitants et aux économies des pays qui le composent. 

 

«Malheureusement, ils (les dirigeants algériens, Ndlr) nous ont fait perdre beaucoup de temps et ont causé plusieurs tragédies que nous aurions pu éviter», a-t-il conclu.