Vidéo. Pacte de Marrakech: les moments forts de la conférence de presse de la représentante spéciale de l'ONU | www.le360.ma

ع
Cover Vidéo - Pacte de Marrakech: les moments forts de la conférence de presse de la représentante spéciale de l'ONU
© Copyright : Le360

Vidéo. Pacte de Marrakech: les moments forts de la conférence de presse de la représentante spéciale de l'ONU

Par Wadie El Mouden et Khalil Essalak le 10/12/2018 à 07h29

159 pays membres de l’ONU ont confirmé leur présence dont 100 seront représentés soit par leurs chefs d’Etats soit par les chefs de gouvernement, a assuré Louise Arbour, la représentante spéciale de l'ONU pour les migrations lors d’un point de presse organisé ce dimanche 9 décembre à Marrakech.

aA

Louise Arbour a entamé sa rencontre avec les représentants des médias en remerciant le royaume du Maroc pour «l’accueil généreux réservé à cet événement international». Outre les représentants de plus de 150 pays membres, pas moins de 400 partenaires de l’ONU (société civile, secteur privé, monde académique) prendront part à la Conférence de Marrakech, a-t-elle ajouté. Une large couverture médiatique sera assurée à cet événement. Le dernier chiffre communiqué par l’ONU fait état de 750 journalistes accrédités, sachant que ce nombre intègre les journalistes accompagnant les délégations des Etats membres.

 

 

Louise Arbour qui fait office de Secrétaire générale de la Conférence de Marrakech s’est longuement arrêtée sur l’attitude de certains pays qui émettent des réserves quant au contenu dudit pacte et dont certains ont décidé de se retirer du consensus international, préférant soumettre cette question à la délibération de leurs gouvernements, Arbour a minimisé leur effet «réductionniste», citant à ce titre le cas de la Hongrie, la Pologne, la Slovaquie ou encore les Etats-Unis.

 

Vidéo. Marrakech: dans les coulisses des préparatifs du Sommet mondial sur les migrations 

 

La représentante spéciale de l'ONU pour les migrations a tenu à rappeler que le Pacte de Marrakech n’est pas contraignant d’un point de vue juridique et qu’aucune signature n’est requise pour son approbation. C’est un document qui, dit-elle, respecte la souveraineté des Etats, le droit international et les Droits de l’Homme. L’objectif est de réduire les facteurs à l’origine de la prolifération de l’immigration irrégulière.

 

«Les négociations ont pris six mois avant de déboucher sur un consensus. Le pacte a finalement été unanimement accepté. Il n’est pas question de rouvrir une quelconque négociation. Le document sera adopté demain à Marrakech», a conclu la représentante spéciale de l'ONU pour les migrations.