Le360 Actualités Maroc

ع
Rabat - Election Maire de Rabat - Wilaya de Rabat - Hassan Lachgar, USFP -  Asmaa Rhlalou, RNI -

Les partisans de Hassan Lachgar, de l'USFP, et ceux d'Asmaa Rhlalou, du RNI, se sont livrés à une joute verbale d'une rare virulence lors de l'élection du maire de Rabat, au siège de la wilaya, le 20 septembre 2021. 

© Copyright : Mohammed Boukouyane / Le360 (photomontage)

Vidéo. Rabat: cris, insultes et menaces de mort au cours de l'élection de la nouvelle maire de la capitale

Par Chakir Alaoui et Mohammed Boukouyane le 20/09/2021 à 15h25 (mise à jour le 21/09/2021 à 08h41)

Cris, menaces de morts et propos d'une rare virulence... En ce lundi 20 septembre, l'élection du nouveau maire de Rabat ne s'est pas du tout déroulée dans le calme. Une échauffourée a même eu lieu au siège de la wilaya entre les partisans de la candidature à la mairie de Hassan Lachgar, de l'USFP, et ceux d'Asmaa Rhlalou, du RNI. Récit.

aA

Ambiance hostile, cris... En principe soutenue par une majorité de conseillers composée du RNI, du PAM et de l'Istiqlal (53 voix sur un total de 83), Asmaa Rhlalou, ex-députée du RNI, s'est heurtée aux propos virulents tenus par certains candidats de sa propre alliance. Des membres de celle-ci se sont rebellés en ralliant, au dernier moment, le camp du son adversaire, Hassan Lachgar de l'USFP. Des propos d'une rare violence ont été échangés, allant jusqu'à des menaces de mort qui ont été proférés à l'encontre d'une conseillère pro-Asmaa Rhlalou.

 

Devant cette ambiance délétère, le président de la séance a suspendu les travaux et a annoncé le report de l'élection du maire de Rabat à une date non déterminée. Selon les termes de la loi, la wilaya (autorité de tutelle, du ministère de l’Intérieur) doit, dans ce cas de figure, fixer, dans un délai de trois à cinq jours, un autre rendez-vous pour l'élection du nouveau maire.

Officiel. Nabila Rmili élue maire de Casablanca

 

Mais ce n'est pas fini: à leur sortie de la wilaya, les partisans d'Asmaa Rhlalou et ceux de Hassan Lachgar ont continué leur altercation. Celui qui était considéré il y a quelque jours comme un simple outsider est devenu, ce lundi 20 septembre 2021, presque le favori de ce scrutin, du fait des soutiens que lui ont accordé des clans de Alaâ Bahraoui et de Omar Bahraoui, tous les deux élus du RNI.

 

L'alliance qui a conduit le RNI, le PAM et l'Istiqlal à s'entendre pour élire les maires et les présidents des conseils régionaux semble donc avoir été un échec à Rabat. Pour éviter que ces incidents ne se reproduisent, il faudrait que les leaders des trois partis rétablissent l'ordre dans la capitale en prenant exemple sur Guelmim, où Abdellatif Ouahbi a récemment écarté, pour cause d'indiscipline, son candidat à la présidence du conseil de la région.

 

A Rabat, Asmaa Rhlalou et Hassan Lachgar, qui n'est autre que le fils du leader de l’USFP, se renvoient la responsabilité des graves incidents qui ont eu lieu ce lundi 20 septembre 2021, la candidate du RNI ayant qualifié de «baltajis» les membres du camp adverse.