Voici la réaction d'El Othmani au discours du Roi | www.le360.ma

Le360 Actualités Maroc

ع
Saâd Eddine El Othmani

Saâd Eddine El Othmani.

© Copyright : DR

Voici la réaction d'El Othmani au discours du Roi

Par Mohamed Chakir Alaoui le 21/08/2019 à 11h14

Le chef du gouvernement a salué la teneur du discours que le roi a prononcé hier soir, 20 août 2019, estimant qu'il s'inscrit dans la continuité des recommandations royales au sujet du nouveau modèle de développement socio-économique.

aA

"C'est le prolongement du discours de la fête du Trône", a affirmé Saâd Eddine El Othmani dans une déclaration pour Le360.

 

"Le roi a fixé les objectifs de ce nouveau modèle afin que le Maroc puisse relever les défis du présent et de l'avenir", a-t-il indiqué, avant de souligner que le souverain a donné, dans ses orientations, "une grande importance au monde rural, à la formation professionnelle, à la classe moyenne et à la déconcentration administrative".

Le roi met la formation professionnelle au coeur des priorités

 

Le chef du gouvernement a également ajouté que ces "chantiers sont importants pour accompagner la commission nationale qui va s'installer".

 

Interrogé sur les retards pris dans la mise en œuvre de la déconcentration de l’administration, le chef du gouvernement a déclaré qu'il s'agissait d'un chantier sur lequel l'Exécutif "a déjà commencé à travailler".

 

"On doit le conclure, sachant qu'une charte nationale a été publiée il y six mois et qu'une commission présidée par le chef de gouvernement se réunit périodiquement", a-t-il indqué.

Discours du 20 août: le roi demande au gouvernement d'accélérer le processus de décentralisation administrative 

 

Pour sa part, le politologue Mustapha Sehimi estime que le roi Mohammed VI a "mis en relief le pacte social appelé à être l'une des composantes du nouveau modèle de développement".

 

Selon lui, le souverain a priorisé "les aspects structurants, notamment le monde rural et la valorisation de ses potentialités, la formation professionnelle et la classe moyenne qui doit être confortée et élargie, comme pivot de la cohésion et de la stabilisation".

 

La centralisation administrative a été pointée du doigt par le souverain, a affirmé cet analyste, qui explique en outre que le roi a fixé trois orientations à la commission nationale.

 

Il s'agit, selon Mustapha Sehimi, du "réexamen du mode de développement actuel, de l'anticipation sur les choix futurs et le fait d'être prospectifs en se tournant sur les défis de demain".