ADM, l’autre (vrai) responsable du chaos sur les routes, dimanche dans la nuit | www.le360.ma

Le360 Actualités Maroc

ع
Bouchon embouteillage

Bouchons au niveau d'un péage dans la nuit du 26 au 27 juillet 2020. 

© Copyright : DR

ADM, l’autre (vrai) responsable du chaos sur les routes, dimanche dans la nuit

Par Wadie El Mouden le 27/07/2020 à 20h19 (mise à jour le 27/07/2020 à 20h31)

Rien ne justifie le comportement de la société nationale des Autoroutes du Maroc (ADM) qui n’a pas levé les barrières (de péage) malgré les immenses bouchons constitués suite à l’annonce, dimanche 26 juillet, de l’interdiction des déplacements de et vers plusieurs villes.

aA

Suite à la diffusion du communiqué conjoint des ministères de l’Intérieur et de la Santé, hier dimanche 26 juillet en début de soirée, interdisant les déplacements de (et vers) plusieurs villes du Maroc, les grands axes autoroutiers desservant les villes concernées (Tanger, Tétouan, Fès, Meknès, Casablanca, Berrechid, Settat, Marrakech) ont été pris d'assaut par des citoyens, qui craignaient d’être confinés loin de chez eux.

 

Ainsi, en l’espace de quelques heures, le record des plus gros bouchons du Maroc a été battu. Les postes de péage sur les autoroutes expliquent en grande partie la constitution de ces bouchons inédits. Pourtant, en dépit de cette situation chaotique, les dirigeants d'ADM n’ont pas fait le geste qui s’imposait naturellement: ordonner de lever les barrières de péage et laisser passer gratuitement les automobilistes.

 

Diapo-vidéo: bouchons inédits au Maroc suite à l’interdiction de se déplacer entre huit villes

 

Au lieu de lever les barrières de péage pour fluidifier la circulation et réduire le risque d’accident, ADM n’a vu, probablement, dans ces dizaines de kilomètres de bouchons qu’une opportunité inespérée de renflouer ses caisses après avoir cumulé plusieurs exercices de gestion déficitaire. Pourtant, l’interminable attente des automobilistes hier a généré de l’énervement, de la perte de temps, a provoqué des accidents et un gaspillage sans nom du carburant. Pour la sécurité des citoyens et la préservation de l’ordre, il fallait libérer les voies. Pour le respect de la nature, il fallait éviter le gaspillage de plusieurs milliers de litres de carburants qui se consumaient alors que les véhicules étaient à l’arrêt.


En maintenant les postes de péage ouverts, la direction d'ADM a une part de responsabilité dans la pagaille de dimanche dans la nuit sur les routes qu’elle administre. Cette société a fait montre de son mépris des urgences des citoyens et du fait qu'elle accorde la priorité au cash plutôt qu'à la sécurité. Ailleurs, ce comportement aurait fait scandale et le directeur de cette société aurait dû rendre des comptes.