Affaire Hamza mon bb. À Marrakech, l'audience de "Soukaina Glamour" et de Simo Dahir reportée | www.le360.ma

Le360 Actualités Maroc

ع
tribunal

Le tribunal de première instance de Marrakech. 

© Copyright : DR

Affaire Hamza mon bb. À Marrakech, l'audience de "Soukaina Glamour" et de Simo Dahir reportée

Par Fatim Zahra El Aouni le 09/01/2020 à 15h11 (mise à jour le 09/01/2020 à 17h55)

Directement impliqués dans l'affaire Hamza mon bb, qui défraie la chronique, à Marrakech, une YouTubeuse et styliste, "Soukaina Glamour", ainsi qu'un journaliste, Simo Dahir, et le propriétaire d'une agence de location de voitures, ne comparaîtront devant le juge que le 23 janvier 2020.

aA

Au tribunal de première instance de Marrakech, l'audience au cours de laquelle devaient comparaître, ce jeudi 9 janvier, une styliste et YouTubeuse, qui s'est fait connaître sous le nom de Soukaina Glamour, et un journaliste, Simo Dahir, ainsi que le propriétaire d'une agence de location de voitures à Marrakech, Adnane, dont l'identité complète n'a pas été révélée par la justice, a été reportée au 23 janvier.

 

Ces trois prévenus sont poursuivis en état d'arrestation, dans le cadre de l'affaire dite "Hamza mon bb", du nom de deux comptes anonymes, sur Snapchat et Instagram. Créés il y a trois ans, et animés par un réseau composé de plusieurs personnes, ces comptes ont détruit la vie de plusieurs personnalités publiques, essentiellement marocaines, en révélant des aspects privés ou intimes de leur vie, par des photographies ou encore des vidéos.  

 

Vidéo. Affaire Hamza mon bb: le point avec Mohamed Madimi, l’un des principaux plaignants

 

Accusés par la justice de chantage et d'extorsion de fonds, les trois prévenus se sont vu refuser leur mise en liberté provisoire par la Cour d'appel de Marrakech, qui avait, en octobre dernier, interjeté appel de cette décision préalablement prise par le juge d'instruction qui avait d'abord été en charge de ce dossier. 

 

Le tribunal de première instance de Marrakech a par ailleurs reporté l'examen du cas d'un agent de la Police Judiciaire qui serait, lui aussi, impliqué dans cette affaire née sur les réseaux sociaux. Par ailleurs, deux célébrités du Maroc, la chanteuse Dounia Batma, et sa soeur Ibtissam, sont poursuivies en état de liberté dans le cadre de cette affaire.