Le360 Actualités Maroc

ع
hopital

Un hotel de Tanger a acceuilli des patients atteints du Covid 19

© Copyright : DR

Aït Taleb réceptionne un "rapport noir" sur la situation des hôpitaux de Marrakech

Par Hassan Benadad le 24/08/2020 à 20h56 (mise à jour le 24/08/2020 à 21h32)

Kiosque360. La commission chargée d’enquêter sur la situation sanitaire à Marrakech a relevé de graves dysfonctionnements dans la prise en charge des malades atteints de covid-19. En effet, les hôpitaux manquaient d’oxygène, de médicaments, de lits et de médecins.

aA

La commission d’enquête dépêchée à Marrakech par le chef du gouvernement, suite à la recrudescence alarmante des cas de contamination au Covid-19, a remis un rapport accablant au ministre de la Santé, Khalid Ait Taleb. Le quotidien Al Massae rapporte, dans son édition du mardi 25 août, que le rapport pointe de graves dysfonctionnements et négligences, manifestement à l’origine de la hausse exponentielle des cas d’infection par le virus. La situation était d’ailleurs à ce point catastrophique que plusieurs malades, qui n’ont pu être pris en charge à temps, y ont laissé la vie. Curieusement, note le quotidien, le ministre de la Santé, qui avait effectué une visite dans plusieurs hôpitaux de la ville ocre, a zappé l’hôpital Al Mamounia, qui s’est pourtant avéré très problématique au niveau de la prise en charge des patients. 

 

Le rapport de la commission révèle, en effet, que cet hôpital a connu une grave pénurie d’oxygène qui a mis la vie de plusieurs malades en danger. Les autres hôpitaux ont également manqué de médicaments, de lits et d’ambulances. Selon des sources autorisées, la commission aurait relevé, chez plusieurs médecins, un manque de compétences dans la gestion des malades atteints du virus. De plus, nombre d'entre eux, censés assurer une permanence, ont déserté les hôpitaux.

 

Le quotidien Al Massae rapporte que certains médecins, qui avaient présenté leurs dossiers à la direction de l’hôpital, sont partis au moment de la propagation du coronavirus sans plus donner signe de vie. Par ailleurs, lors de sa visite à Marrakech mardi dernier, la délégation ministérielle a pu constater de visu les multiples défaillances du système médical de la région, au bord de l’imposition tant la situation épidémique est devenue incontrôlable.

 

Il a fallu que des médecins et infirmiers diffusent des enregistrements vidéo et audio montrant des malades abandonnés, par terre, à proximité et à l’intérieur des hôpitaux, pour que les pouvoirs publics prennent conscience de la gravité de la situation. Ce sont finalement les FAR qui ont été appelés à la rescousse pour mettre à la disposition des hôpitaux toute la logistique de la médecine militaire.