Benslimane: il boit du whisky en classe et harcèle ses élèves | www.le360.ma

ع
whisky
© Copyright : DR

Benslimane: il boit du whisky en classe et harcèle ses élèves

Par Rania Laabid le 03/05/2016 à 22h29

Kiosque360. La scène est digne d’une comédie hollywoodienne sauf qu'elle a réellement eu lieu, dans la région de Benslimane, et que l'incident n'a fait rire personne. Un enseignant de français a ainsi été mis à pied pour avoir consommé de l’alcool en classe et harcelé ses élèves.

aA

Ces élèves se souviendront longtemps de leur après-midi du 29 avril et de leur professeur pour qui école rime avec alcool! Vendredi dernier, dans la région de Benslimane, juste après l’heure de la prière, un enseignant de français a fait irruption dans sa classe, déjà éméché, et semé la panique parmi ses élèves lorsqu’il s'est mis à boire de l’alcool dans la salle, rapporte Assabah dans son édition du 4 mai.

 

Le journal arabophone indique que l’enseignant était entré dans la salle de classe (5ème année primaire) vers 15h. Après avoir bien pris soin de fermer la porte derrière lui, il s’est tranquillement installé à son bureau, a sorti la petite bouteille de whisky qu’il dissimulait soigneusement sous sa veste et a commencé à boire.

Il aura suffi d’une heure pour que l’alcool fasse son effet. L'instituteur se mettra alors à insulter ses élèves et à écrire des injures en dialectal sur le tableau, avant d'entreprendre de harceler sexuellement deux de ses élèves, achevant ainsi de terrifier les enfants.

 

Pris de panique, quelques élèves ont fui la classe, craignant le pire, et appelé à l’aide au sein de l’établissement, en courant dans tous les sens. Alerté, le gardien de l’école, à son tour, a informé le directeur, absent ce jour-là. Une fois sur les lieux, il a tenté, avec l'aide de quelques élèves, de calmer l'enseignant, qui sera mis hors de l'école avec beaucoup de difficultés.

 

L’Académie régionale de Casablanca-Settat compte émettre des sanctions sévères à l’encontre de l'instituteur en question, nous apprend le journal. Il se peut même que l’affaire soit déférée devant la justice, en raison de sa gravité.