Casablanca: une SDL pour gérer la gare routière Ouled Ziane | www.le360.ma

Le360 Actualités Maroc

ع
Gare routière Ouled Ziane
© Copyright : DR

Casablanca: une SDL pour gérer la gare routière Ouled Ziane

Par Hassan Benadad le 18/10/2019 à 22h07

Kiosque360. Le conseil de la ville de Casablanca a décidé de créer une société de développement local chargée de gérer la gare routière d’Ouled Ziane. Cette station est en effet devenue une source de problèmes pour les voyageurs et les riverains.

aA

Le conseil de la ville de Casablanca a adopté à l’unanimité le projet de création d’une nouvelle société de développement local chargée de la gestion de la gare routière d’Ouled Ziane. Les débats sur cette gare routière très controversée ont été très animés et plusieurs voix se sont élevées pour demander la révision de sa gestion.


Cette station est plutôt connue pour le désordre et la mauvaise organisation qui l’ont transformée en un foyer de problèmes pour les voyageurs mais aussi et surtout pour les riverains. Le maire de la ville a d’ailleurs reconnu l’existence de dysfonctionnements dans la gestion de cette gare, la seule de ce type en service dans la capitale économique.

 

Abdelaziz El Omari a mis l’accent sur la sécurisation des environs de cette installation pour protéger les voyageurs et les habitants de ce quartier de la délinquance et des crimes. Il a, en outre, attiré l’attention des élus sur les désagréments que provoquent les terrains de proximité qui l’entourent ainsi que les problèmes provoqués par les migrants subsahariens.

 

Les élus du conseil de la ville reconnaissent la forte pression exercée sur cette gare routière. Certains d’entre eux ont demandé la mise en œuvre du plan de déplacements urbains en créant notamment d’autres gares routières réparties au nord (Bernoussi), au centre (route de Mediouna) et au sud (Lissasfa).

 

Le quotidien Al Ahdath Al Maghribia rapporte, dans son édition du samedi 19 octobre, que d’autres conseillers de la mairie ont proposé de démolir la gare routière précitée et d’en créer d’autres en prenant compte de la justice territoriale au niveau de la ville.
Les membres de la commission permanente des services publics, du patrimoine et des services ont émis plusieurs recommandations.

 

Ils ont notamment demandé l’organisation d’une journée d’étude consacrée à la société de développement local qui sera créée pour gérer ladite gare routière. La commission a, en outre, préconisé de réfléchir à la création de trois stations principales à Casablanca en application du principe de la justice spatiale à même d’atténuer la pression exercée sur la gare routière d’Ouled Ziane.