Comment des voitures volées en Espagne finissent taxis au Maroc | www.le360.ma

ع
Vol voiture
© Copyright : DR

Comment des voitures volées en Espagne finissent taxis au Maroc

Par Fayza Senhaji le 11/06/2019 à 22h11

Kiosque360. La Guardia civil espagnole traque un réseau de Marocains spécialisés dans le vol de voitures de marque Dacia, qu'il revend au Maroc pour servir de taxis.

aA

Les éléments de la Guardia Civil espagnole traquent un réseau de Marocains spécialisés dans le vol de voitures écoulées au Maroc sous forme de taxis. Une enquête menée de l’autre côté de la méditerranée sur une série de vols de voitures de marque Dacia a en effet révélé qu’un réseau de vol de voitures cible particulièrement ce type de véhicules qu’il réussit par la suite à revendre au Maroc après la falsification des documents pour en faire des taxis. L’information est rapportée par Al Massae dans son édition du mercredi 12 juin. Le journal explique que ce trafic rapporte au moins 6.000 euros pour chaque véhicule vendu.

 

Selon la même source, au moins 90% des véhicules Dacia volés finiraient sur les routes marocaines. L’enquête aurait, par ailleurs, révélé que les trafiquants parvenaient facilement à introduire ces voitures au Maroc, profitant d’un procédé professionnalisé. Pourtant, rajoute Al Massae, ce sont quelques erreurs commises récemment par le réseau qui ont mis la puce à l’oreille des services sécuritaires espagnols. La principale est que les trafiquants ne ciblent que les véhicules de marque Dacia, dont les vols se sont multipliés dernièrement. Or, il est bien connu des services espagnols que cette marque est particulièrement prisée par les taximen marocains. C’est à partir de là que l’investigation à commencer à porter ses fruits, les enquêteurs étant rapidement arrivés à la conclusion que ces véhicules volés en Espagne étaient en fait revendus au Maroc. Pour ce faire, les trafiquants ont recours à des experts en falsification qui produisent, en l’espace de quelques jours seulement, les documents des voitures pour permettre leur transport en toute tranquillité vers le Maroc.

 

Selon les révélations de l’enquête de la Guardia Civil, rapportées par Al Massae, la plupart sont commis par des réseaux de plusieurs nationalités disposant de moyens conséquents. Pour le cas du réseau marocain, en revanche, les moyens semblent limiter. C’est pourquoi il se serait spécialisé dans ce type de véhicules.