Coronavirus au Maroc: la vague épidémique grossit encore, 1.063 contaminations en 24 heures | www.le360.ma

Le360 Actualités Maroc

ع
Coronavirus Maroc Institut Pasteur-3

Une étape du protocole de dépistage de la présence du coronavirus SARS-CoV-2 à l'Institut Pasteur-Maroc de Casablanca.

© Copyright : DR

Coronavirus au Maroc: la vague épidémique grossit encore, 1.063 contaminations en 24 heures

Par Mehdi Heurteloup et Youssef El Harrak le 31/07/2020 à 18h10 (mise à jour le 31/07/2020 à 18h23)

1.063 nouveaux cas de contamination au Covid-19 ont été confirmés dans le Royaume, du jeudi 30 au vendredi 31 juillet. Les cas testés positifs s'élèvent au nombre de 24.322. Voici le bilan de la propagation du Covid-19 au Maroc et à l'étranger, avec des infographies sur l'évolution de la pandémie.

aA

1.063 nouveaux cas de contamination au Covid-19 ont été confirmés au Maroc en 24 heures, portant à 24.322 cas le nombre total des personnes testées positives au nouveau coronavirus, annonce le ministère de la Santé, ce vendredi 31 juillet à 18h00.

 

Le nombre des patients actifs a considérablement augmenté ces derniers jours. Il s’élève désormais à 6.311. 

 

Le ministère de la Santé a recensé 7 décès, mais 347 guérisons en 24 heures, portant le bilan officiel à 353 morts et 17.658 rémissions depuis le début de l'épidémie au Maroc, le 2 mars 2020.

 

Covid-19: la voie royale pour sortir de la crise

 

Le nombre total des cas testés négatifs au Covid-19 après le résultat d'analyses effectuées en laboratoire s’élève à 1.228.043, ce qui porte le nombre global de tests de dépistage réalisés au Maroc, depuis le 1er mars 2020, à 1.252.365.

 

Diapo. Covid-19 et Aïd, Casablanca se vide

 

Pour suivre en temps réel l’évolution de la pandémie au Maroc, il suffit de cliquer sur ce lien: https://covid.le360.ma.

 

Vidéo. À Berrechid, tour de vis supplémentaire après l’apparition de plusieurs foyers de coronavirus dans des usines

 

Au Maghreb, la situation devient inquiétante en Algérie qui a franchi à la fois la barre des 30.000 contaminations et celle de 1.200 morts, mais dont la petite capacité de tests quotidiens porte à croire que la situation réelle est bien pire.

 

Dans ce pays, 563 nouveaux cas de Covid-19 et 10 décès ont été enregistrés au cours des 24 dernières heures, ce qui porte le nombre de cas confirmés à 30.394, alors que le nombre de décès s’élève à 1.210, annonce vendredi 31 juillet une source officielle à Alger.

 

En Tunisie, le ministère de la Santé publique n’a pas annoncé d’évolution ce vendredi 31 juillet 2020. Le bilan des cas confirmés s’élève toujours à 1.514. Celui des des morts provoquées par le Covid-19 se porte toujours à 50. 1.187 individus se sont totalement rétablis.

 

Pour la Mauritanie, les contagions poursuivent leur trend baissier avec 22 nouveaux cas, un décès enregistré et 113 guérisons durant les dernières 24 heures. Le pays compte désormais un cumul de 6.295 cas confirmés, dont 4.889 guérisons et 157 décès.

 

Algérie: fête de l'Aïd El-Kébir maintenue, mais moral en berne

 

Dans le monde, la pandémie a fait au moins 673.909 morts, selon un bilan établi par l'AFP à partir de sources officielles vendredi à 11h00 GMT. Le nombre de cas a dépassé les 17 millions.

 

En atteignant la barre des 46.000 morts, le Mexique est devenu le troisième pays au monde en termes de décès liés au coronavirus.

 

Le Mexique devance ainsi de peu le Royaume-Uni. Les deux premiers pays les plus lourdement touchés par le Covid-19 restent les Etats-Unis, avec 152.070 morts, et le Brésil, avec 91.263 morts.

 

En Floride, l'un des Etats américains où l'épidémie connaît une forte recrudescence, les habitants attendent désormais l'arrivée de l'ouragan Isaias.

 

Les restrictions sanitaires se renforcent encore dans plusieurs pays. L'Allemagne a classé trois régions d'Espagne, particulièrement touchées, comme zones à risque, ce qui implique une quarantaine pour les voyageurs qui en reviennent, à moins de présenter un test négatif.

 

Au Royaume-Uni, le gouvernement a décidé de repousser d'au moins deux semaines la prochaine phase du déconfinement en Angleterre, prévue samedi avec la réouverture de certains lieux publics. De nouvelles restrictions sont aussi imposées aux habitants de certaines parties du nord de l'Angleterre.

 

Le Danemark recommande désormais le port du masque dans les transports publics, dans un revirement de doctrine.

 

A Hong-Kong, l'Exécutif a décidé d'un report d'un an des législatives prévues en septembre en raison de la hausse des cas de coronavirus, décision qui risque d'alimenter la colère du camp prodémocratie qui y voit un prétexte.

 

"Il semble que les rebonds de cas dans certains pays soient en partie dus à des jeunes qui baissent la garde pendant l'été dans l'hémisphère nord", a déclaré jeudi Tedros Adhanom Ghebreyesus, le directeur général de l'OMS avant d'ajouter: les jeunes "ne sont pas invincibles".

 

Coronavirus: l'économie mondiale durement frappée, le bilan est lourd au Mexique

 

Le Vietnam et les Fidji ont annoncé chacun leur premier mort vendredi.

 

Malgré tout, nombreux sont les pays qui tentent de sauver l'économie.

 

Le Népal a rouvert vendredi l'accès à ses massifs montagneux, et notamment à l'Everest, pour les expéditions automnales dans l'espoir de relancer son secteur touristique durement éprouvé.

 

A Paris, le taux de remplissage du restaurant Jules Verne, au deuxième étage de la Tour Eiffel, s'est ainsi établi à 90%, avec toutefois un nombre de couverts réduit de 30% pour assurer un mètre de distance entre les convives.

 

"Aujourd'hui la clientèle est française à 80%, avant les Américains à eux seuls en représentaient 45%", explique l'un de ses responsables, Jean-François Prevotat.

 

A La Mecque, les fidèles musulmans ont entamé vendredi le rituel de lapidation de Satan, l'un des derniers du grand pèlerinage, qui a été drastiquement réduit cette année pour éviter toute propagation du virus.

 

L'économie mondiale enregistre un plongeon historique, avec le PIB de l'eurozone en recul de 12,1% au 2e trimestre et les Etats-Unis en récession, en raison de la pandémie de coronavirus dont le bilan humain est toujours plus lourd.

 

Face à une pandémie que rien ne semble pouvoir enrayer, le Comité d'urgence de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) se réunit une nouvelle fois ce vendredi, six mois après avoir décrété l'urgence mondiale.

 

Les statistiques économiques mondiales donnent le tournis. La zone euro a enregistré au deuxième trimestre un plongeon historique de 12,1% de son PIB, conséquence des mesures de confinement, a annoncé vendredi l'Office européen de statistiques. En France, la chute est de 13,8%, en Espagne de 18,5%, en Allemagne, moteur économique de l'Europe, de 10,14%. Aux Etats-Unis, le confinement a  entraîné un effondrement du PIB de 32,9% pendant la même période en rythme annualisé. Par rapport au deuxième trimestre 2019, la baisse est de 9,5%.

 

Coronavirus: la France entre en récession, avec un plongeon historique du PIB de 13,8%, selon l’Insee 

 

Compagnies pétrolières, avionneurs, constructeurs automobiles paient un lourd tribut à la crise, avec des pertes abyssales au deuxième trimestre. Vendredi par exemple, le constructeur de poids lourds suédois Scania a confirmé un plan de 5.000 suppressions de postes dans le monde.

 

Sur le front médical, signe de la compétition intense entre les Etats, les contrats se multiplient pour tenter de s'assurer un accès à un éventuel vaccin anti-Covid-19.

 

Dernier en date, l'accord annoncé vendredi entre Sanofi et GSK avec les Etats-Unis, pour un financement supérieur à 2 milliards de dollars. Les laboratoires français et britannique vont recevoir jusqu'à 2,1 milliards de dollars des Etats-Unis contre la fourniture initiale de 100 millions de doses aux Américains.

 

Le Japon a lui conclu un accord avec l'alliance germano-américaine Biontech/Pfizer pour s'assurer 120 millions de doses de leur potentiel vaccin contre le Covid-19, ont annoncé vendredi les deux laboratoires.

 

Des opérations similaires se multiplient à travers le monde et cette compétition est polémique, car elle pose la question de l'accès des pays en voie de développement au vaccin, qui n'ont, eux, pas les moyens de financer des contrats si importants, nourrissant les craintes de les voir servis en dernier.