Covid-19: se dirige-t-on vers une saturation des services de réanimation au Maroc? | www.le360.ma

Le360 Actualités Maroc

ع
Réanimation covid

Un patient en réanimation.

© Copyright : DR

Covid-19: se dirige-t-on vers une saturation des services de réanimation au Maroc?

Par Hajar Kharroubi le 22/07/2021 à 17h59

Les professionnels de santé tirent la sonnette d'alarme devant le nombre croissant des cas de Covid-19 admis en réanimation.

aA

Selon le ministère de la Santé, 527 patients étaient hospitalisés, mercredi 21 juillet 2021, dans les services réservés aux cas les plus graves. Le taux d’occupation des lits de réanimation, spécial Covid-19, a atteint 16,7%.

 

Le Dr Jamal Eddine Kohen, président de la Fédération nationale d’anesthésie-réanimation (FNAR) et de la Société marocaine d’anesthésie, d’analgésie et de réanimation (SMAAR), interrogé par Le360, souligne que la nouvelle hausse des contaminations se fait ressentir sur les services de réanimation et de soins critiques dans les CHU.

 

"La situation est très alarmante. Nous sommes à 527 cas sévères ou critiques, dont 22 placés sous intubation. De nouveaux patients sont accueillis quasiment tous les jours", alerte-t-il.

Propagation du Covid-19: les services de Santé prévoient des scénarios noirs après l’Aïd Al-Adha

 

"Grâce à la campagne de vaccination, il y a eu une baisse des patients de plus de 75 ans. On relève ainsi un rajeunissement des patients hospitalisés, avec une augmentation des infections graves chez les personnes âgées de plus de 35 ans qui ne souffrent pas de comorbidités", ajoute le Dr Jamal Eddine Kohen.

 

La nouvelle vague qui déferle sur le Maroc se révèle forte, virulente et avec une vitesse de propagation rapide.

 

"Il y a trois semaines de cela, nous étions à un quart, si ce n’est moins, du nombre des personnes admises en réanimation. Le plus dur reste donc à venir. Il faut attendre une dizaine ou une quinzaine de jours pour constater les retombées des rassemblements qui ont eu lieu avant et durant l'Aïd. Les hôpitaux craignent d’être submergés par cette énième vague", fait observer le président de la Fédération nationale d’anesthésie-réanimation.

Vidéo. Covid-19: à l’approche de l'Aïd al-Adha, les indicateurs épidémiques sont au rouge, selon Dr. Saïd Afif 

 

Il est donc important de prendre toutes les mesures nécessaires pour faire face à la propagation du coronavirus et de ses variants qui sont plus graves et plus contagieux.

 

A ce titre, le Dr Jamal Eddine Kohen appelle les Marocains à se faire vacciner puisque cela permet de "se protéger des formes graves du Covid-19 et d'éviter l'hospitalisation".

 

"10 à 15% de la population supposée être vaccinée ne se sont pas encore présentés. Cela fait un million ou un million et demi de personnes".

 

"Le taux d'occupation des services de réanimation est de 16,7%. Il s’agit d’un chiffre inquiétant puisque nous avons repris notre activité chirurgicale normale qui implique de soigner tous les malades, notamment ceux nécessitant des soins intensifs", explique le président de la Société marocaine d’anesthésie, d’analgésie et de réanimation.

L'œil de Gueddar. Les Marocains célèbrent l'Aïd al-Adha sur fond de Covid-19

 

"Il se peut donc que, dans quelques jours, nous soyons obligés d’arrêter les autres activités chirurgicales pour nous focaliser uniquement sur les malades Covid ayant développé une forme grave de la pathologie. Certains CHU se préparent éventuellement à ouvrir de nouvelles unités Covid", conclut le Dr Jamal Eddine Kohen.

 

Pour rappel, le gouvernement a décidé de prendre une série de mesures préventives, à compter du vendredi 23 juillet 2021 à 23h00, en vue de lutter contre la propagation de la pandémie du Covid-19, de façon à préserver la santé des citoyennes et des citoyens.

 

Ces mesures portent sur l'interdiction des déplacements nocturnes à travers tout le Royaume de 23h00 à 04h30, à l'exception des personnes exerçant dans les secteurs et activités vitaux et essentiels et celles représentant des cas médicaux urgents.

 

En outre, les déplacements entre les préfectures et provinces sont conditionnés à la présentation du passeport vaccinal ou d'une autorisation administrative de déplacement délivrée par les autorités territoriales compétentes, en plus de l'interdiction des fêtes et mariages. Les cérémonies d'enterrement pourront rassembler un maximum de 10 personnes.

 

Ces mesures concernent également le respect d'un maximum de 50% de la capacité d'accueil dans les cafés et restaurants, les transports publics et les piscines publiques, alors que les rassemblements et les activités dans les espaces ouverts ne doivent pas dépasser 50 personnes, avec l'obligation de disposer d’une autorisation délivrée par les autorités locales en cas de dépassement de ce nombre.