Le360 Actualités Maroc

ع
cybercriminalité

Cybercriminalité. (photo d'iullustration)

© Copyright : DR

Cybercriminalité: un hacker diffuse les données personnelles de 2 millions de Marocains

Par Yousra Adli le 07/09/2021 à 21h00 (mise à jour le 07/09/2021 à 21h16)

Nom, prénom, profession, nom de l'employeur et adresse électronique sont les informations personnelles de deux millions de Marocains, saisies et diffusées par un pirate informatique. Une information rapportée par le site web français, Zataz, spécialisé dans les informations relatives à la délinquance informatique.

aA

Un cracker s'est délesté, dans la nuit du vendredi 3 septembre 2021, des données personnelles de deux millions de ressortissants marocains. Les identités (noms, prénoms), les professions, les noms d'employeurs et les adresses électroniques figurent parmi une longue liste mise en ligne et découverte par Damien Bancal, spécialiste en cybersécurité et fondateur du site web français, Zataz, spécialisé dans les informations relatives à la délinquance informatique.

 

«Dans la nuit du vendredi 3 septembre 2021, un black hat (un hacker malveillant) fier de porter le nom du fondateur du nazisme, Adolf Hitler, a mis en ligne dans trois espaces clouds gratuits disponibles sur le web 2.064.201 [des] comptes d’hommes et de femmes originaires du Royaume du Maroc», écrit Damien Bancal, fondateur du site web et auteur de l'article.

Première campagne de sensibilisation contre la cybercriminalité 

 

«Le pirate a extrait ces informations de la fuite de données LinkedIn diffusée dans le blackmarket voilà plusieurs semaines», a ajoute-t-il.

 

Par ailleurs, ce pirate informatique, à l’origine de la fuite, a également mis en ligne d’autres données, concernant cette fois-ci l’université Mohammed V de Rabat. Cette seconde fuite concerne près de 2.181 curriculum vitæ datant de 2013 à 2020, rapporte Damien Bancal. «Le prestigieux établissement situé dans la ville de Rabat se retrouve avec la diffusion malveillante de 2.181 CV», a-t-il indiqué.

 

Finalement, le fondateur de Zataz indique que le hacker, à l’origine de la saisie de ces informations personnelles, n’a pas détaillé la méthode utilisée pour se procurer ces informations habituellement confidentielles.