Le360 Actualités Maroc

ع
détournement
© Copyright : DR

Détournement dans une agence bancaire à Tiznit: report du procès du commissaire et de sa complice

Par Fayza Senhaji le 31/03/2022 à 21h23

Kiosque360. Le procès du commissaire de police et de sa complice banquière, accusés de détournement à Tiznit, vient d’être reporté à la mi-avril. Une revue de presse tirée du quotidien Al Ahdath Al Maghribia.

aA

La chambre en charge des crimes financiers près de la Cour d’appel de Marrakech vient de décider du report du procès dans lequel un commissaire de police et sa complice, directrice d’une agence bancaire à Tiznit, sont poursuivis pour détournement de fonds. La première audience est désormais fixée au 14 avril prochain.

 

C’est ce que rapporte Al Ahdath Al Maghribia dans son numéro du vendredi 1er avril. La publication rappelle que cette affaire a éclaté lorsque la brigade nationale de la police judiciaire a ouvert une enquête concernant des détournements d’argent dans l’agence que dirigeait la complice. Un fonctionnaire de police, de grade de commissaire, était impliqué pour avoir perçu les sommes détournées après avoir contraint la directrice de l’agence.


La publication rapporte que le commissaire a immédiatement été suspendu par la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN), alors que les deux individus ont été soumis à une enquête sous détention provisoire et sous la supervision du parquet, afin de déterminer le niveau d’implication de chacun d’eux dans cette affaire.


Selon les premiers éléments révélés, ajoute le journal, la directrice de l’agence, une jeune mère divorcée, entretenait une relation intime avec le fonctionnaire de police. La banquière serait ainsi tombée enceinte, ce qui l’a poussée à avorter de peur de voir sa réputation ébranlée, mais surtout que la garde de son premier enfant ne lui soit retirée.


Le commissaire de police aurait alors flairé la bonne affaire et décidé, selon Al Ahdath Al Maghribia, de faire chanter sa compagne pour qu’elle lui remette des sommes d’argent.


Après avoir réussi à réunir 800.000 dirhams en cédant des biens lui appartenant dont une voiture, la banquière n’arrivait plus à répondre aux caprices financiers de son amant. C’est alors qu’elle a commencé à puiser dans les caisses de son agence, avec un montant global détourné qui s’élève à 2,8 millions de dirhams. Sans plus d'échappatoire, que ce soit vis-à-vis de la banque ou de son amant, la directrice de l’agence a alors décidé de se rendre à la justice, ce qui a conduit à son arrestation et celle de son maître-chanteur.