Espagne: des Marocaines parmi les victimes d’une bande de pornographie | www.le360.ma

ع
Pornographie
© Copyright : DR

Espagne: des Marocaines parmi les victimes d’une bande de pornographie

Par Abdelkader El-Aine le 21/06/2018 à 17h07

Les membres d’un réseau spécialisé dans la distribution de pornographie infantile sur Internet, dont des Marocaines sont victimes, ont été mis hors d’état de nuire. Les détails.

aA

Une opération savamment orchestrée par la Garde civile espagnole et la police catalane a permis le démantèlement d’un réseau de distribution de pornographie infantile sur Internet.

 

Un communiqué conjoint de la Garde civile espagnole et la police catalane, diffusé mercredi 20 joint, rapporte qu’«une grande partie du matériel pornographique infantile diffusé était produite par le réseau criminel lui même, à travers l’exploitation sexuelle de mineurs en situation de précarité socio-économique, originaires des villes de Barcelone, Tortosa, Valence et du Maroc». 

 

Traite de femmes: des Marocaines exploitées dans la pornographie en Espagne

 

Les victimes identifiées sont au nombre de 80, selon ledit communiqué. La plupart d’entre elles sont issues des pays d’Afrique du Nord, de l’Europe de l’est et d’Asie, ainsi que de l’Espagne.

 

Des pays comme le Sri Lanka, la Tunisie, le Cambodge, le Laos, la Thaïlande, Singapour, la République Tchèque, Kenya, la France font partie des multiples lieux dans lesquels les scènes obscènes de pornographie ont été filmées entre 2000 et 2015.

 

«Plus de 12 tétraoctets et les milliers de DVD de pornographie infantile saisis étaient produits avec un but lucratif, puisqu’ils étaient diffusés sur Internat et envoyés par voie postale en contre partie du paiement d’une somme d’argent», ajoute le communiqué. 

 

Rapport sur la traite d'êtres humains: les Marocaines particulièrement touchées 

 

Ce commerce abjecte et illicite, relevant de la traite humaine, a permis au chef de ce réseau criminel d’engranger plus de 80.000 euros en trois ans.

 

Les membres de ce réseau (12 au total) sont actuellement derrière les barreaux pour répondre de leur forfait. En 2015, et toujours dans le même cadre, trois individus, deux Français et un Marocain, avaient été écroués.