Fièvre aphteuse: Akhannouch rassure | www.le360.ma

ع
Aziz Akhannouch Ministre de l'Agriculture et de la Peche

Aziz Akhannouch, Ministre de l'Agriculture et de la Pêche.

© Copyright : DR

Fièvre aphteuse: Akhannouch rassure

Par Khalid Mesfioui le 15/02/2015 à 17h15

Aucun cas de fièvre aphteuse n’a été enregistré au Maroc depuis 1999. C’est ce qu’a affirmé le ministère de l'Agriculture et de la pêche maritime. Et d’assurer que les opérations de vaccinations se poursuivent.

aA

La publication dans la presse nationale d'informations relatives au risque d'apparition de la fièvre aphteuse au Maroc a poussé le ministère de l'Agriculture et de la pêche maritime à réagir. Dans un communiqué, le département de Aziz Akhannouch affirme qu’aucun cas de fièvre aphteuse n’a été enregistré au Maroc depuis 1999. Et de préciser que les opérations de vaccinations de rappel et d'identification se poursuivront dans le respect des délais.

 

Le communiqué fait savoir que la situation sanitaire actuelle du cheptel dans le pays est totalement maitrisée grâce à la campagne de vaccination effectuée entre les mois d'août et septembre 2014. Ce qui a permis de vacciner plus de 2,7 millions de bovins. Ainsi, poursuit le communiqué, le programme de vaccination de rappel va, pour sa part, démarrer à partir du 16 février 2015 en vue de renforcer l'immunité du cheptel bovin national contre cette maladie, comme prévu par l'Office National de Sécurité Sanitaire des Produits Alimentaires (ONSSA). Et de souligner que cette opération sera couplée à l'opération d'identification des bovins dans le cadre du nouveau système national d'identification et de traçabilité animale, dont le lancement officiel a été donné début février à Berkane.

 

L'exécution de ce programme, qui a fait l'objet de concertation préalable avec la Fédération nationale des syndicats des vétérinaires privés et l'Ordre national des vétérinaires, nécessitera un délai maximum de 4 mois. Selon la même source, «l'ONSSA rassure les consommateurs que la fièvre aphteuse est une maladie qui ne se transmet pas à l'Homme et n'a aucun impact sur la santé publique contrairement à ce qui a été rapporté, dans l'objectif de créer des amalgames».