Le360 Actualités Maroc

ع
Police administrative
© Copyright : DR

Gaspillages d'eau à Casablanca: qui sanctionne et comment?

Par Qods Chabaa le 05/08/2022 à 16h24

Le conseil de la ville de Casablanca a décidé d'appliquer des mesures dissuasives pour pousser les Marocains à rationaliser l'usage de l'eau du robinet. Le gaspillage de l'eau, ressource qui se raréfie, sera passible de sanctions. Voici comment ce dispositif sera mis en œuvre.

aA

Gaspiller de l’eau du robinet à Casablanca est aujourd'hui passible de sanctions. Une décision de Nabila Rmili, maire de Casablanca, annoncée le mercredi 3 août dernier.

 

Dans un communiqué, le Conseil de la ville qui confirmant cette information, explique que des agissements comme l’arrosage des espaces verts publics et privés, le lavage de véhicules avec de l’eau du robinet ou via des jets d’eau à haute pression, de même que le nettoyage à grande eau des rues, avenues et trottoirs est désormais interdit.

 

Contacté par Le360, Ahmed Afilal Al-Idrissi, adjoint de la maire de Casablanca, et responsable du département d’hygiène au Conseil de la Ville, précise que cette mesure a été décrétée pour dissuader les Casablancais à gaspiller l’eau du robinet. «Notre objectif n’est pas de taxer les Marocains, nous savons que la situation économique est compliquée mais tout le monde doit savoir que le stress hydrique est là, bien réel, et que la situation est vraiment alarmante».

Sur décision de Nabila Rmili: à Casablanca, gaspiller de l'eau désormais sanctionné

 

Ce responsable au Conseil de la Ville de Casablanca précise que les réserves d’eau potable de Casablanca s’amenuisent au fil des jours, un stock d’environ 8 mois. Si rien n’est fait, s’il n’y aucune rationalisation de la consommation de l'eau du robinet, si les abus se poursuivent, et s’il ne pleut pas dans les semaines qui viennent, ses coupures d’eau seront imminentes.

 

La décision des mesures anti-gaspi signée de Nabila Rmili compte réactiver le barème des sanctions. Des amendes sont ainsi prévues, de 100 à 500 dirhams, selon la nature de l'agissement. Hassan Afilal refuse néanmoins de détailler plus avant ce barème, et rappelle que l’objectif du Conseil n’est pas répressif, mais dissuasif.

 

Des agents de la police administrative, en collaboration avec ceux de la police de l’eau, se chargeront de vérifier que les Casablancais ont bien pris conscience de la nécessité, aujourd’hui plus que jamais, de se responsabiliser et de rationaliser leur utilisation de l’eau du robinet. «Ces contrôles auront lieu à l’extérieur et évidemment pas dans les maisons des particuliers. L’opération se fera comme c’est le cas pour l’exploitation du domaine public… », précise-t-il.

 

Exemple concret: si devant sa maison, un particulier nettoie son perron à grande eau, un agent peut, s’il le décide, sévir et lui demander de s'acquitter d'une amende de 100 dirhams.

 

Qu’en est-il des Casablancais qui remplissent leur piscine à ras bord? Seront-ils sanctionnés? «Les agissements personnels dans un cadre privé ne peuvent être contrôlés. On fait tout simplement appel à leur acquit de conscience», explique encore ce fonctionnaire du Conseil de la Ville de Casablanca.

 

Le ministre de l'Intérieur, Abdelouafi Laftit, a adressé le 21 juillet 2022 une circulaire aux walis et gouverneurs afin de mettre en œuvre les actions nécessaires à une gestion rationnelle de l'eau. Laftit a, dans sa correspondance, demandé aux walis et gouverneurs de mettre en œuvre les actions nécessaires à une gestion rationnelle des ressources en eau, et de garantir l’approvisionnement de la population en eau potable.

 

Ces actions consistent particulièrement en l'application de restrictions sur les débits d'eau distribués aux usagers, l'interdiction de l'arrosage des espaces verts et des golfs à partir des eaux conventionnelles, l’interdiction du lavage des voies et places publiques avec de l'eau potable, l’interdiction des prélèvements illicites dans les forages, les puits, les sources, les cours d'eau et les canaux de transport d'eau.

 

Par ailleurs, le remplissage des piscines publiques et privées ne devra s'effectuer qu'une seule fois par an et celles-ci doivent être équipées d'un système de recyclage. Enfin, l'usage de l'eau du robinet pour le lavage des véhicules et autres engins est également interdit.