Le360 Actualités Maroc

ع
Saisonniers marocains Europe
© Copyright : DR

Italie: les harragas marocains deviennent embauchables

Par Mohamed Younsi le 08/05/2020 à 19h25

Kiosque360. Des milliers de clandestins marocains en Italie seront embauchés dans des secteurs de l’agriculture et des entreprises agricoles et de services. Ce qui leur permettra de régulariser leur situation sur le territoire italien. Les détails.

aA

En manque de main-d’œuvre à cause du coronavirus, la péninsule italienne compte régulariser environ 200.000 sans-papiers en leur proposant des contrats de travail dans des secteurs essentiels, notamment dans le secteur de l’agriculture et des entreprises agricoles et de services. L’annonce a été faite par la ministre de l'Intérieur, Luciana Lamorgese, rapporte le quotidien Al Ahdath Al Maghrebia dans son édition du week-end des 9 et 10 mai.

 

Dans ce cadre, la responsable gouvernementale italienne a précisé que la plupart des bénéficiaires de ces nouveaux contrats seront des Maghrébins, qui constituent la majorité des clandestins en Italie. Toutefois, selon des médias italiens, poursuit le quotidien, cette décision ne passera pas si facilement dans le circuit gouvernemental italien.

 

En fait, elle est fortement contestée par la droite italienne qui mène une guerre contre les étrangers. Mais, font remarquer les mêmes sources, le gouvernement italien sera dans l’obligation de prendre cette décision pour sauver la saison agricole et le secteur du tourisme après la levée du confinement et le retour à la vie normale dans le pays.


Chaque année, rappelle le quotidien, le secteur de l’agriculture italienne emploie environ 350.000 personnes issues de Roumanie, d’Albanie, de Macédoine, de Tunisie et du Maroc. Cette année, le confinement et l’état d’urgence sanitaire ont changé la donne. Le gouvernement italien n’a d’autres choix que de recourir aux sans-papiers pour faire face à la crise dans plusieurs secteurs.

 

L’Espagne a également été contrainte de prendre la même décision en embauchant des sans-papiers pour faire face au manque de main-d’œuvre dans le domaine de l’agriculture. Ce qui a permis à des milliers de clandestins marocains de trouver un emploi leur permettant de régulariser leur situation dans la péninsule ibérique.