La région de Marrakech menacée par une invasion de criquets | www.le360.ma

Le360 Actualités Maroc

ع
Criquets pèlerins
© Copyright : DR

La région de Marrakech menacée par une invasion de criquets

Par Mohamed Younsi le 08/05/2019 à 18h45

Kiosque360. La région de Marrakech serait menacée par une invasion de criquets. La découverte de traces de ces insectes ravageurs a mis le ministère de l’Intérieur en état d’alerte. Des commissions techniques ont été dépêchées sur les lieux.

aA

La région de Marrakech risque-t-elle une invasion de criquets? C’est la question soulevée par le quotidien Al Massae dans son édition de ce jeudi 9 mai. En effet, les sources du quotidien précisent que des œufs de criquets pèlerins ont été découverts dans la commune de Oued El Boor, dans la province de Chichaoua. Une superficie de pas moins de soixante hectares aurait été investie par des criquets pèlerins pour leur reproduction, ce qui a mis en état d’alerte les services compétents au niveau du Centre national de lutte antiacridienne et du Centre régional de Marrakech, ainsi que des autorités locales de la région.

 

A ce propos, les sources du quotidien font savoir que des commissions techniques ont été dépêchées sur les lieux en vue de s’enquérir de la situation  et de prendre les mesures urgentes et appropriées pour éviter la propagation des insectes ravageurs. Il faut dire que l’apparition de ces criquets dans la région de Marrakech pose de nouveaux défis concernant la manière de surveiller et de répondre à l’activité acridienne. Pour l’avoir vécu, le Maroc connaît les dégâts engendrés par les invasions de criquets qui laminent les cultures et rasent tout sur leur passage. Les criquets femelles peuvent pondre jusqu’à 300 œufs. A l’âge adulte, un criquet peut absorber l’équivalent de son propre poids par jour. «Un tout petit essaim mange la même quantité de nourriture en un jour qu’environ 35.000 personnes et les effets dévastateurs que les criquets peuvent avoir sur les cultures représentent une menace importante pour la sécurité alimentaire», explique l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO).