Les saisonnières marocaines en Espagne racontent leur calvaire | www.le360.ma

Le360 Actualités Maroc

ع
Travailleuses agricoles plantation de fraises
© Copyright : DR

Les saisonnières marocaines en Espagne racontent leur calvaire

Par Khalil Ibrahimi le 21/07/2019 à 21h29

Kiosque360. Le calvaire des saisonnière marocaine dans les champs de fraises et fruits rouges en Espagne fait le tour de la presse internationale.

aA

Après The Guardian et El Pais, c’est au tour du New York Times de se pencher sur le calvaire des saisonnières marocaines dans les champs de fruits rouges en Espagne.


Le média américain, repris par le quotidien arabophone Al Massae dans sa livraison de ce lundi 22 juillet, rapporte l’histoire de certaines d’entre elles.


“Il y a un peu plus d'un an, une jeune mère a confié ses enfants à son mari au Maroc et est allée travailler dans une fraiseraie près de la ville d'Almonte, sur la côte sud-ouest de l’Espagne”, précise le journal.


Enceinte de son troisième enfant et ayant besoin d'argent, elle est maintenant bloquée en Espagne et attend son procès après avoir rejoint neuf autres femmes de la même ferme, qui ont porté plainte contre plusieurs responsables et chefs d’équipe. Elles les accusent d’abus sexuels.


“Le sexisme et le racisme créent des situations dans lesquelles elles ne peuvent pas se plaindre et où les relations de pouvoir rendent les choses particulièrement difficiles à dénoncer”, déclare Emmanuelle Hellio au New York Times, une sociologue qui a décrit les conditions de vie dans les exploitations espagnoles.


La saisonnière marocaine a déclaré que son patron avait commencé à la harceler sexuellement peu de temps après son arrivée. Il a fait pression sur elle pour qu'elle couche avec lui, contre des conditions de travail meilleures.


Maintenant, elle vit avec les autres femmes dans un endroit confidentiel, en attendant son procès. “Je me sens déprimée et j'ai peur de rentrer au pays”, rajoute-t-elle.

 

En plus des divorces, de nombreuses femmes ont déclaré avoir été humiliées et blâmées par certains membres de leur famille et leurs voisins au Maroc. Beaucoup disent souffrir de graves attaques de panique, écrit le journal américain.


Ce dernier a rencontré la première saisonnière à prendre la parole. Elle a déclaré ne plus pouvoir endurer en silence les dures conditions de travail et la culture généralisée du harcèlement sexuel et même du viol à la ferme.


“Je me sentais comme une esclave. Comme un animal. Ils nous ont amené à nous exploiter avant de nous renvoyer. J’aurais aimé me noyer dans la mer avant d’arriver en Espagne”, a-t-elle déclaré.