Logement social: la durée du crédit passerait de 25 à 40 ans | www.le360.ma

ع
logement
© Copyright : DR

Logement social: la durée du crédit passerait de 25 à 40 ans

Par Mohamed Younsi le 28/11/2015 à 01h57

Kiosque 360. De nouvelles mesures sont en vue pour promouvoir le logement social. La durée du crédit passerait de 25 à 40 ans pour permettre à une grande frange de la population, ayant un revenu modeste, de tirer profit de cette formule.

aA

Le gouvernement envisage le prolongement de la durée des crédits concernant le logement social. Ainsi, la durée de remboursement passerait de 25 à 40 ans pour permettre aux ménages à revenu modeste de bénéficier de logement social.

 

C’est le ministre de l’Habitat et de la Politique de la Ville, Nabil Benabdallah, qui l’a déclaré au quotidien «Al Massae» dans son édition de ce week-end 28 et 29 novembre.

 

Le ministre, qui donnait jeudi 26 novembre le coup d’envoi du Salon de l’immobilier à Salé, a précisé que son département s’attèle à étudier cette formule pour permettre à une large frange de la population de tirer profit du logement social, niant catégoriquement l’existence d’une crise dans le secteur.

 

«Il n’y a pas de crise dans le secteur, mais il s’agit plutôt d’une stagnation après des années d’activités ponctuées par un taux de croissance dépassant les 10 %. Ce qui a eu des répercussions sur le prix du foncier qui a atteint des niveaux exorbitants, notamment à Marrakech, Casablanca et Rabat», a souligné le ministre.

 

Et d’ajouter que certaines banques commencent à rejeter des crédits d’une valeur de 200.000 dirhams aux ménages désirant acquérir un logement social. De même, ces derniers sont appelées à verser une avance de 50.000 dirhams. Ce qui n’est pas à la portée de tout le monde et c’est ce qui explique en partie la stagnation que connait le secteur actuellement, a expliqué le ministre.

 

Toutefois, fait remarquer Benabdallah, cette formule de prolongement de la durée du crédit de 25 à 40 ans pourrait provoquer des problèmes relatifs à l’héritage et des conflits familiaux ; en plus, certaines banques sont encore hésitantes quant à l’accompagnement de cette incitative. 

 

Enfin, le quotidien rappelle que le ministre de l’Habitat et de la Politique de la Ville, Nabil Benabdallah, et le ministre de l’Economie et des Finances, Mohamed Bousaid, avaient tenu une rencontre avec les promoteurs immobiliers en vue de mettre en place des mesures de nature à redynamiser le secteur.